Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Archive for the ‘Ostéopathie crânienne et fasciale’ Category

Césarienne, cicatrice et effets sur la posture

(You can find an english translation of this article Here)

Une opération chirurgicale reste une expérience douloureuse tant bien même que la procédure est moins intrusive (coelioscopie) et que la gestion de la douleur a fait des progrès.

La coelioscopie a véritablement été une révolution pour limiter les adhésions cicatricielles survenant après une opération, mais dans de nombreux cas le coup de bistouri est toujours nécessaire. Effectivement la césarienne par coelioscopie poserait quelques problêmes techniques… Chaque années en France c’est 160000 naissances par césarienne.
(suite…)

Ostéopathie fasciale

EN BREF…

Les fasciae sont une sorte de toile de fond du corps et permettent de relier les différents systèmes (crânien, viscéral et structurel) les uns aux autres.

Quand vous mangez un steak, il y a souvent une bande fibreuse blanche difficile à couper que l’on appelle communément “les nerfs”: en fait c’est du fascia. La peau aussi est un fascia. Tous les organes et les muscles sont recouverts par des fasciae. L’approche ostéopathique dite “fasciale” vise via des techniques spécifiques à traiter ce type de structure.


UN PEU PLUS DE DETAILS…

Les fasciae vont avoir différentes fonctions:

-ils permettent de séparer différentes structures afin qu’elles puissent se mouvoir les unes par rapport aux autres

-c’est un système de propioception

-les fasciae permettent de diffuser et de ralentir les transmissions de force dans le corps

Les techniques sont similaires à celles utilisées en crânien, à savoir des techniques indirectes, la main a plat avec des pressions progressives suivant le sens des tensions ressenties. Il existe aussi des techniques appelées “Fascial unwinding” ou de “déroulement fascial“. Le but de ces techniques est d’accompagner un membre ou une partie du corps du patient en le laissant s’exprimer corporellement. L’effet ressemble un peu à quand vous vous étirez en baîllant. seulement vous continuez à contracter les groupes musculaires qui ont envie de se contracter. Rapidement des mouvements s’effectuent de manières automatiques: c’est un exemple de déroulement fascial actif.

Ostéopathie crânienne

EN BREF

Cette partie de l’ostéopathie reste très controversée même au sein des ostéopathes. Elle est aussi appelée cranio-sacrée. Selon son fondateur W.G. Sutherland il existerait un mouvement rythmique inhérent au corps. Bien qu’il puisse être ressenti sur tout le corps, sa palpation se fait surtout au niveau du crâne et du sacrum. Ce mouvement serait l’expression du MRP ou “mouvement respiratoire primaire” et représente notre vitalité. Des blocages au niveau d’os du crâne ou du sacrum altèrerait ce mouvement, ce qui pourrait affecter notre posture et vitalité.

UN PEU PLUS DE DETAIL…
(suite…)

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne?

(You can find an english translation of this article here)
Il serait une erreur de parler d’ostéopathie crânienne, viscérale ou structurelle, car l’ostéopathie est une thérapie holistique et ne pourrait être subdivisée en différentes approches.


Certains ostéopathes considèrent que seule l’ostéopathie structurelle existe, car l’approche viscérale et crânienne est structurelle.

Ceci étant, certains ostéopathes ne travaillent que sur le système musculo-squelettique, d’autres que sur le crânien, d’autres encore que sur les systèmes viscéral-crânien… Serait-il possible que des ostéopathes ayant une approche limitée de l’ostéopathie puissent étre gênés par une telle division car elle exposerait leur champs limité d’expertise? par exemple: un ostéopathe qui ne pratique que des manipulations musculo-squelettiques préfèrera ne pas parler d’ostéopathie viscérale ou crânienne car cela prouverait son approche limitée de l’ostéopathie.

Ceci étant en cabinet ces 3 approches sont tout de même bien différentes, mêmes si elles sont interconnectées les unes aux autres. Les structures travaillées sont différentes, le niveau de proprioception est différent, les techniques sont différentes, en bref nous pouvons au moins décrire 3 grands sous-groupes d’approche ostéopathique et peut-être même plus.

Toutes ces approches sont intriquées les unes aux autres, elles sont inter-reliées. “Le corps est un tout” disait A.T.Still.

Le but pour un ostéopathe est de tester mécaniquement toutes ces structures, d’arriver à comprendre leurs interactions et réussir à hiérarchiser leur importance. Le traitement visera à mobiliser les hypomobilités et réharmoniser ces structures les unes par rapport aux autres.