Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Comment choisir son ostéopathe?

HeadsAndTailsUne fois que avez compris la différence entre un ostéopathe et un kinésithérapeute et que vous désirez consulter un ostéopathe, encore faut-il savoir :Comment choisir son ostéopathe? Voici une question délicate qui cependant traverse la tête de chaque patient lorsqu’ils désirent consulter un ostéopathe pour la première fois.

Ce sujet est délicat à traiter, l’auteur étant un ostéopathe-ostéopathe exclusif son point de vu est nécessairement biaisé mais fera son possible pour exposer avec la plus grande sincérité ce sujet.

  1. En France nous avons 3 groupes d’ostéopathes: les ostéopathe-ostéopathes, les kiné-ostéopathes et les médecin-ostéopathes.
  2. Chacun de ces ostéopathes ont suivi des cursus ostéopathiques différents (leurs écoles/formations).
  3. Certains ostéopathes vont suivre des formations supplémentaires durant leur carrière, c’est ce que l’on appelle le développement professionnel continu.
  4. L’ostéopathe lui-même est en charge du traitement fort de son expérience, de sa dextérité, de sa palpation et de ses connaissances.
  5. Il faut aussi aborder le sujet du coût d’une consultation d’ostéopathie.
  6. La complainte et le schéma corporel du patient vont aussi être un facteur important dans le choix de votre ostéopathe.

Ainsi nous pouvons nous apercevoir qu’aucun ostéopathe ne peut prétendre être le meilleur, car en fonction du terrain (schéma corporel/histoire du patient) certains ostéopathes seront plus compétents que d’autres.

La qualité de l’ostéopathe sera fonction de la qualité de l’ostéopathie. Il existe principalement 3 différents groupes d’ostéopathes:

Les ostéopathe-ostéopathes, les kiné-ostéopathes, et les médecin-ostéopathes:

  • Ostéopathe-ostéopathe:

Les ostéopathe-ostéopathes sont aussi appelés ostéopathes exclusifs. Ils ne pratiquent exclusivement que de l’ostéopathie. La plupart ont suivi une formation à temps complet en ostéopathie mais certains d’entre eux étaient kiné-ostéopathes et ont abandonné courageusement leur titre de kinésithérapeute pour devenir des ostéopathes exclusifs via une formation à temps partiel.

Les points forts : Une vrai ostéopathie holistique, un seul patient est traité à la fois, un grand répertoire de techniques ostéopathique pratiquées maintes fois pendant la formation pour une plus grande sécurité et confort pour le patient.

Les points faibles : certaines formations sont légères, certains ostéopathes sont trop ésotériques car leur formation est pauvre en rigueur scientifique, le coût de la consultation

  • Kiné-ostéopathe:

Les kiné-ostéopathes sont des kinésithérapeutes et qui ont suivi une formation à temps partiel en ostéopathie. Par confort, envie ou nécessité ils n’abandonnent pas leur titre de kinésithérapie. Il serait judicieux de discerner les “kinésithérapeute-et-ostéopathe” des “kinésithérapeute-ou-ostéopathes“. Les premiers vont dans leur traitement utiliser des techniques ostéopathiques alors que les autres vont avoir un cabinet dans lequel ils pratiquent une kinésithérapie exclusive et dans un autre cabinet une ostéopathie exclusive.

Les points forts: une ostéopathie moins ésotérique, des concepts de kinésithérapie peuvent être en symbiose avec des concepts ostéopathiques (renforcement de chaines musculaires), un coût moindre de consultation

Les points faibles : une ostéopathie dénaturée (utilisation de techniques et non pas d’une approche), certaine formation partielle en ostéopathie peuvent être très légères, “phénomène usine”: plusieurs patients peuvent être traités en même temps, une approche plus symptomatique,

  • Médecins-ostéopathe:

Les médecins-ostéopathes sont des médecins qui se sont spécialisés en ostéopathie via une formation à temps partiel. Ils n’abandonnent généralement pas leur titre de Dr, ainsi la différence “et/ou ostéopathe” n’est pas évidente.

Les points forts: une capacité à obtenir des examens complémentaires rapidement, une capacité à modeler traitement allopathique et ostéopathique, le coût de consultation, une connaissance profonde en anatomo-physio-pathologique

Les points faibles : les formations à temps parfois trop partiel (DU 300hrs), un manque de qualité palpatoire dû à manque de cours pratique pendant le cursus médical et le cursus à temps partiel, une vision plus médical/symptomatique vs ostéopathique/hollistique

Intéressons-nous à présent aux différentes formations en ostéopathies.


Les différentes formations en ostéopathie:

En 2002 la loi qu’attendaient tant d’ostéopathes sortie enfin. Jusqu’à lors de nombreux ostéopathes étaient poursuivis pour exercice illégal de la médecine. Cette loi de 2002 mettait un terme à ces poursuites et de même elle donnait une crédibilité thérapeutique à l’ostéopathie. Le débat n’était plus de savoir si l’ostéopathie relevait du charlatanisme mais quelles formations d’ostéopathie fallait-il reconnaître. Cela dépendra des décrets qui sortiront plus tard.

Changement de gouvernement… Il faudra attendre 2007 pour ces fameux décrets. Entre temps nombre de personnes ouvrirent des écoles d’ostéopathies dans un désir de profits plus que d’intérêts ostéopathiques et de qualités de soins. Avant 2002 on comptait une vingtaine d’école dont la plupart offrait une formation à temps complet entre 5 à 6 ans offrant près de 5000 heures de cours. Les formations partielles réservées aux médecins ou aux kinés quant à elles durent entre 300 à 1200hrs sur 2 à 6 ans.

En 2007 il était temps de reconnaitre les écoles, plus de 150 écoles ont fait une demande de reconnaissance! 20 formations à temps partiel et 21 formations à temps plein ont été reconnues. A titre de comparaison en Grande Bretagne l’ostéopathie est reconnue depuis plus de 10 ans il n’existait que 8 écoles en 2008… Récemment le nombre de formations a grimpé à 63 écoles d’ostéopathie. Il est certain que de nombreux directeurs d’école sont évidemment plus intéressés par l’argent que par l’ostéopathie et le futur de leurs élèves. Car ces futurs élèves s’embarquent dans des études qui déboucheront vers un secteur saturé.

En 2009 des décrets recommandaient un minimum de 3520 hrs de formation pour la formation à temps complet. Ce qui était nettement en dessous du standard européen. C’est à dire qu’un ostéopathe diplômé d’ailleurs en Europe peut travailler en France mais le contraire n’est pas forcément vrai. Les écoles “sérieuses” en France offrent en fait près ou plus de 4500hrs de formation soit plus de 1000hrs de plus que le minimum recommandé. 1000hrs c’est plus de théorie, plus de pratique, plus de techniques, plus de clinique, plus de compétences à la sortie. Mais ce décret n’a jamais été appliqué et a d’ailleurs était supprimé. Il était en effet problématique pour les professionnel de santé qui avaient suivi une formation d’ostéopathie à temps partiel. Car sa mise en application voulait dire qu’il manquait 900 hrs de formation en ostéopathie pour les médecins et kinésithérapeute!

Ce qui semblerait légitime, car il est souvent oublié que l’Ostéopathie n’est pas une spécialité mais une profession à part entière. Utiliser des techniques ostéopathiques est bien différent que faire de l’Ostéopathie.

Mais ce décret ayant été supprimé nous restons donc aux 2660 heures de formations nécessaire pour devenir ostéopathe. Certaines écoles offrent donc des formations à plein temps de 2660hrs, alors que d’autres préfèrent viser la qualité avec des formations de plus de 4500hrs. Vous en conviendrez qu’il faille différencier les ostéopathe-ostéopathes (formés en 4500hrs +/-) et les ostéopathe-demi-ostéopathes (formés en 2660hrs) !

Le développement professionnel continue:

Ce sont souvent des cours, des conférences, des “workshops” ou même des livres auxquels votre thérapeute va assister (ou lire)  afin d’apprendre de nouvelles techniques, de nouveaux concepts. Le but n’est pas d’aller à une course à la formation mais de bien intégrer celles auxquelles on assiste. Ces formations sont nécessaires pour l’évolution et la qualité des soins que pourra vous apporter votre ostéopathe.

Votre ostéopathe:

Votre ostéopathe est en charge du traitement. Il doit être efficace et en même temps vous devez vous sentir en sécurité entre ses mains. Quelque soit sa formation c’est lui qui va faire la différence. Si le plus brillant des cerveaux est limité au niveau psychomoteur son traitement sera mauvais. En revanche un ostéopathe ayant suivi une formation quelconque mais qui fait preuve de remise en cause, d’intérêt, de compassion, qui ne cesse d’apprendre et qui fait preuve d’une bonne palpation a toutes les chances de devenir un bon ostéopathe.

Les qualités requises pour être ostéopathe sont:

-Une humilité et une capacité de se remettre en cause après chaque patient, chaque traitement et chaque technique. Ceci est essentiel pour pouvoir s’améliorer.

-Une sincérité vis à vis du patient et de lui-même. Ne pas mentir sur l’efficacité du traitement, ne pas promettre l’impossible, et ne pas faire revenir le patient encore et encore.

-Si après 2 traitements voire 3 au maximum il n’y a pas d’améliorations alors référer le patient vers un thérapeute plus ou autrement compétent.

-Un patient n’est pas un client.

-L’ostéopathe se doit de respecter le patient ainsi que sa volonté. Prévenir des manipulations, et s’assurer de l’accord du patient.

-Une capacité palpatoire qui lui permet respecter la volonté tissulaire du patient

La liste pourrait s’allonger, mais celles-ci semblent être les plus importantes.

Le coût de la consultation:

Ici se trouve l’un des points de friction entre les ostéopathe-ostéopathes, les kiné-ostéopathes et les médecins-ostéopathes. C’est que l’ostéopathie n’est pas remboursé par la sécurité sociale pourtant il semblerait que si…

50-70€  semble être le prix moyen d’une consultation chez un ostéopathe-ostéopathe ou chez un “kiné-ou-ostéopathe“pour une durée de traitement allant de 30 à 60min. De nombreuses mutuelles remboursent à présent l’ostéopathie de 20€ par séance à 5 x 50€ par an.

Certains médecins-ostéopathes vont offrir des séances au même prix dont 22€ sont remboursés par la sécurité sociale. Ils considèrent que ces 22€ payent pour le diagnostique médicale et les 28 à 48€ non remboursés pour le traitement ostéopathique.

De nombreux kiné-ostéopathes (les fameux “kinésithérapeutes-ou-ostéopathes“) ont eu la décence  de bien différencier leur 2 métiers dans 2 cabinets bien différents. Ils respectent la volonté du médecin à savoir: faire de la kinésithérapie conventionné, ou bien de l’ostéopathie non remboursée.

Mais certains kinésithérapeutes-ostéopathes (les “kinésithérapeutes-et-ostéopathes“) vont eux faire passer des consultations d’ostéopathie pour des séances de kinésithérapies (voir article sur l’ambiguité déontologique des kiné-ostéopathes). Ainsi le patient après avoir rendu visite à son médecin va avoir le droit à 20 séances “à tarif réduit” chez son kiné-ostéopathe. Cette pratique est illégale et malheusement courante. De quoi irriter légèrement les ostéopathe-ostéopathes et les “kiné-ou-ostéopathes” vous en conviendrez.

Pourtant Il serait éventuellement acceptable de concevoir que des traitements de kinésithérapie utilisant des techniques ostéopathiques puisse être conventionnés à condition que ce kinésithérapeute  ne dise pas qu’il fasse de l’ostéopathie, mais qu’il utilise des techniques ostéopathiques. Faire craquer une articulation vertébrale ce n’est pas faire de l’ostéopathie… De toute évidence ces thérapeutes  ne sont pas bon ostéopathe sinon il la pratiqueraient de manière exclusive et ne magouilleraient pas pour remplir leur cabinet. Ces thérapeutes nuisent gravement à la profession.

Le schéma corporel devrait-il influer sur le type d’ostéopathe à choisir ?

Oui.

L’approche kinésithérapeutique est plus axée sur la rééducation. Ainsi les kiné-ostéopathes seraient plus à même à suivre des cas chroniques nécessitant une rééducation comme par exemple les personnes souffrant de pathologies chroniques (hémiplégie, diabète avancé, sclérose en plaque…).

L’approche médicale étant plus accès sur les médicaments, un médecin-ostéopathe pourra essayer de contrôler la prise de médicaments chez un patient par des traitements ostéopathiques. Diminuer par exemple la prise d’anti-acide chez un ulcéreux en travaillant sur “l’estomac” ou encore gérer la quantité de somnifère en essayant d’améliorer la qualité du sommeil du patient en utilisant une approche ostéopathique.

L’approche d’un ostéopathe-ostéopathe sera quant à elle plus ostéopathique/holistique. Alors que les médecins et les kinésithérapeutes vont utiliser des techniques ostéopathiques, rares sont ceux qui auront une approche et une vision ostéopathique du patient. Par leur formation passée ils auront tendance à garder une vision  un peu plus symptomatique des complaintes des patients.

En Conclusion:

En tant que patient il est important de ne pas soutenir la pratique qui consiste à aller voir son médecin pour lui soutirer 10 à 20 séances de kiné-“et“-ostéo. Cela est interdit et porte gravement atteinte à la profession. Rares sont les cas où votre ostéopathe vous demandera de revenir plus de 10 fois dans l’année. Généralement en moins de 4 séances vous devriez noter une grande amélioration de vos problèmes.

Méfiez-vous de tout ostéopathe qui vous vendent des traitements par paquet de 6 ou 10 séances. Ils sont plus attirés par votre porte-feuille que par votre bien-être.

Un ostéopathe ne travaille qu’avec un seul patient à la fois pendant 30 à 45min.

L’ostéopathie c’est de l’anatomie avant tout. Evitez celui qui utilise un pendule, une baguette de sorcier, un paquet de tarot, qui appelle les esprits ou qui vous demande votre signe astrologique.

L’ostéopathie est bien assez compliquée en soi, on ne peut s’attendre à un traitement sérieux chez un ostéopathe-homéopathe-acupuncteur-réflexologue-shiatsu thérapeute-épilateur-medium-astrologue.

Certaines associations telles que le ROF, la SFDO, ou l’UFOF, n’acceptent que des ostéopathes ayant suivi une formation sérieuse. Elles sont un label de qualité.

Essayez-en plusieurs et trouvez celui qui vous correspond !

Jetez un oeil à l’article les petits paradoxes du bon et du mauvais ostéopathe

Tags:

7 Responses to “Comment choisir son ostéopathe?”

  1. août 9th, 2010 at 9:43

    Quelle est la différence entre un bon et un mauvais ostéopathe? | osteopathie-64 says:

    […] pas de jeter un oeil à l’article  comment choisir son ostéopathe qui est complémentaire de l’article […]

  2. mai 12th, 2011 at 10:33

    Blog Ostéo says:

    Je pense également qu’il est bien de mentionner qu’un ostéopathe donne rarement plus de 3 séances pour corriger une tension corporelle. Cela ouvre l’esprit des patients qui pourraient lire cet article.
    Mon article sur le même sujet : http://blogosteopathie.free.fr/index.php/comment-choisir-un-osteopathe/


    Blog Ostéo

  3. juin 12th, 2011 at 11:02

    Quel rôle pour l'ostéopathie en France ? | osteopathie-64 says:

    […] de l’ostéopathie en France publiée par le ROF. En Janvier 2011 il y aurait 6971 (48,64 %) ostéopathes exclusifs (non-médecins, non-kiné), 5831 kiné-ostéopathes (40,69%), 1325 médecin-ostéopathes (9,25%) et […]

  4. mai 31st, 2012 at 11:21

    Borgye says:

    Je viens de lire vos articles intéressants mais trop sectaires….
    Un Kine ou un médecin peut pratiquer une véritable ostéopathie.
    Les non Kine non médecins manquent, pour la plupart, cruellement de pratique au sortir de l’ école et très souvent d’une synthèse analytique permettant la mise en place d’un traitement ostéopathique efficace. Beaucoup font du symptomatique ou ce qu’ils aiment bien faire ou posent lles mains sur le crâne en attendant que le temps passe. Que dire de plus de la nécessité de rentabiliser une formation de 40000 euro déboursées par les parents pour un jeune qui n’a pas eu le courage ou le niveau de passer les concours de Kine ou médecine? Sans parler de l’absence réelle de contrôle sérieux des formations temps plein ni de l’ évaluation des compétences des étudiants voire des enseignants… Tout ceci et toutes ces querelles partisanes ne font que discréditer l’ostéopathie…

  5. juin 1st, 2012 at 11:33

    admin says:

    M. ou Dr Borgye,
    Tout d’abord je vous remercie de votre message,

    Quel est ce problème avec les concours ? Avez-vous été si traumatisé par ce concours pour à chaque fois y faire référence ? Les concours sélectionnent-t-ils les meilleurs médecins ? Les qualités humaines font elles partie de l’évaluation de ce fameux concours ? Un QCM est il le meilleur moyen pour sélectionner un candidat ? Un QCM peut-il évaluer une capacité de dextérité, de capacité palpatoire ? Un kiné belge est-il moins compétent qu’un kiné français car il n’a pas fait de concours ?
    Tant bien que la qualité du médecin ou du kiné était lié avec sa réussite à ce fameux concours, cela veut-il dire qu’il sera bon ostéopathe car il a réussi PCEM1 il y a 5-10 ou 20 ans ? Un non sens profond.

    Vous pensez réellement qu’ils sont achetés les diplômes en ostéopathie ? Dans ce cas il en va de même pour les formation en temps partiel car à ma connaissance il n’y a pas de concours pour les formations à temps partiel. Quel est d’ailleurs le coût de ces formations partielles ? 12-15-20k€ ? La qualité d’une formation est-elle inversement proportionnelle au coût des études ? Pensez-vous que la qualité d’un cours est la même dans un amphi de 300 personnes ou dans une classe de 40 élèves ? (cependant il existe des écoles d’ostéo plein temps qui forment par 180 élèves)

    Bref au delà de cela considérez-vous qu’un médecin qui fait un DU ou DIU de 300hrs fasse de l’ostéopathie de qualité ? Considérez-cous que l’ostéopathie est forcément une spécialisation de la médecine ou de la kiné ? Les sagefemmes, podologues ou boucher-charcutiers, il faudrait que eux aussi soit kiné ou médecin à la base ? Ne pensez-vous pas que l’ostéopathie puisse être une profession à part entière ?

    Oui il est certain que certaines formations pour les ostéopathes exclusifs sont un peu légère notamment en formation clinique. Des écoles comme celle du Pays Basque (le COPB 2660hrs de formation) (qui d’ailleurs a été crée par un Médecin! mdr) qui forment en moins de 4200hrs minimum demandé par les ostéopathes exclusifs.

    Au fait qui a fait pression pour que le décret de 3520hrs soit ne soit pas publié ? Les ostéopathes ? ou les professionnels de santé ?
    D’ailleurs est-il déontologique pour un professionnel de santé de pratiquer l’ostéopathie quand celle-ci n’est pas validée scientifiquement ?
    Que pensez-vous de vos collègues qui font rembourser des séances d’ostéopathie par la sécu ?

    Certainement que cet article est biaisé puisqu’écrit par un ostéopathe exclusif. Certains de mes professeurs étaient d’anciens kinés et étaient il me semble particulièrement compétents. Et la plupart des livres de qualité en ostéopathie ont été écrits par d’ancien kiné à présent ostéopathe.

    Si d’ailleurs vous voulez comparer un kiné ostéo et un médecin ostéo, faut-il juste les comparer à la sortie de leur diplôme d’ostéopathie ou à l’issus de 13 -15 ans de (étude/expérience pro) ? Exemple: Un ostéopathe vient de faire 5 années d’études et se met à pratiquer un kiné fait kiné et ensuite 6 ans d’ostéo au total il aura effectué 9 ou 10 ans de formation pendant lesquelles l’ostéo exclusif aura aussi travaillé et vu des cas pathologiques. Si vous voulez comparer ce kiné ostéo et l’ostéo précédent il faudra comparer avec un ostéo exclusif qui a fait ses 5 ans et 5 ans de pratiques et la les différences de compétence en ostéo sont certaines et en diagnostic différentiel peu importantes…

    Alors effectivement l’air du temps étant semble t-il dans le rassemblement, (Merci à notre nouveau président), il ne faut surtout pas segmenter ou comparer parce que ce n’est pas bien.
    Si vous trouvez que cet article est fortement biaisé je vous propose de faire un tour du côté des sites des kiné-ostéopathes et médecins ostéopathes et vous verrez qu’ils sont légèrement plus dans la division et dans la discrimination peu éthique vis à vis des ostéopathes exclusifs.

    Cordialement,

  6. août 15th, 2012 at 5:47

    Vincent Grosdemouge says:

    Absolument d’accord avec le dernier post et très bonne réponse concernant la question de Borgye. Tout est dit, sur le fond et la forme. Nous devons défendre une ostéopathie de qualité. Défendons un haut niveau de formation en ostéopathie pour assurer aux patients l’efficacité et la sécurité des soins ostéopathiques. Que dire de la prolifération de “professionnels” non compétents et dangereux pour les patients et qui discréditent notre profession. Soyons exigeants, exigeons des praticiens à haut niveau de compétence, qu’ils soient kiné ostéo, ostéo exclusif ou médecin ostéo!! Etre ostéopathe, c’est justement agir avec compétence et professionnalisme! Amicalement.

  7. décembre 14th, 2012 at 6:11

    Tous les articles d’ostéopathie-64 says:

    […] 19. Comment choisir son ostéopathe? […]

Leave a Reply