Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

fonctionnement du pendule

Page précédente

Comment expliquer que l’on puisse trouver ses clefs avec un pendule ?

Il y aurait plusieurs théories:

Théorie 1:

À moins que quelqu’un les aient touchées nos clefs sont là où on les a laissé !!! Notre conscient ne se souvient pas forcément mais notre inconscient lui il le saurait ! Notre subconscient fait le tri de ce qui est important à se souvenir de ce qu’il ne l’est pas. Si à un moment on pose ses clefs de manière automatique dans un endroit incongru c’est l’égarement assuré. Mais inconsciemment on enregistre énormément d’information que notre subconscient s’efforce de filtrer convenablement, ainsi il est fort à parier que notre inconscient sache l’endroit incongru où nous les avons perdues.

Via cette auto-hypnose et une calibration adéquate du pendule (tourner quand on se rapproche des clefs par exemple) notre inconscient pourrait s’exprimer via les mouvement idéomoteurs et donc s’affoler près de l’endroit où l’on aurait égaré les clefs. Bien sûr cela ne marcherait que si les clefs  n’ont pas été déplacées ou volés, ou encore perdues à notre insu car dans ce cas-là comment notre inconscient saurait-il où se trouve les clefs ?

Si cette théorie s’avérait exact alors le pendule serait un outil fortement intéressant car il permettrait de communiquer avec notre inconscient.

Théorie 2:

Le fait de chercher ses clefs avec son pendule va nous forcer à visiter pièce par pièce. On deviendrait alors plus rigoureux avec sa recherche et on tomberait alors sur ses clefs. Il est possible que cette visite systématique réveille en nous la mémoire de ce “posage” de clefs intempestifs en retraçant l’historique de nos derniers faits et gestes…

Une autre utilisation intéressante du pendule serait : répondre à certaines de nos interrogations. Par exemple préfère t-on sortir ou rester à la maison ? Grâce au pendule et à une bonne calibration et bonne question vous pourrez obtenir la réponse de votre subconscient et ensuite faire votre choix par exemple.

 

Comment un pendule pourrait nous aider au diagnostic ostéopathique ?

Méthode 1: se passer complètement de diagnostic manuel

Il est probable que si le thérapeute est bon et qu’il possède une expérience passée raisonnée et importante, alors il trouvera les endroits importants à travailler rien que par l’observation de la posture, du langage corporel et l’anamnèse. Dans son inconscient il va trouver une réponse thérapeutique adapté à votre dos par son expérience passée et les endroits susceptibles d’être source du problème. Le pendule va alors s’agiter là où le thérapeute va inconsciemment percevoir ou préjuger d’un problème.

Les dangers et limites de cette méthode 1:

Bien que dans beaucoup de cas le thérapeute trouvera les bons endroits à travailler, il fera aussi nécessairement fausse route dans pas mal d’autres car il ne se basera pas sur un diagnostic manuel individuel mais projètera les réponses thérapeutiques des patients précédents sur ce patient ou encore il se peut qu’il “projette” sur le patient ses propres tensions musculo-squelettiques ou des tensions imaginaires !

Méthode 2: une aide complémentaire au diagnostic

On pourrait imaginer que l’utilisation du pendule puisse aider le thérapeute à prendre la meilleur décision possible. Après avoir passer en revu toute la mécanique du corps avec une approche plus conventionnelle et manuelle (orthopédique/anatomique/…). L’ostéopathe aura relevé plusieurs lésions ostéopathiques mais laquelle doit-il traité en premier ? Quelle est la lésion primaire à traiter aujourd’hui ? voici une interrogation que se pose de nombreux ostéopathe à tendance minimaliste.

Il serait possible que l’inconscient de l’ostéopathe l’emmène à la lésion la plus primaire de son patient. Cette réponse inconsciente du pendule se basera sur le ressenti palpatoire que l’ostéopathe aura eu de son patient lors des différents tests manuels et l’interrogatoire qu’il aura pratiquer auparavant.

Les dangers et limites de cette méthode 2:

En utilisant le pendule et l’auto-hypnose l’ostéopathe pourrait-il trouver une réponse au niveau de son inconscient ? Son désir profond, sa croyance sincère la plus profonde. Mais au final cette réponse n’est elle pas celle qu’il aurait prise de toute manière ?

Bien évidemment un bon “calibrage” du pendule avec l’inconscient du thérapeute est essentiel pour optimiser ces méthodes peu orthodoxes d’aide au diagnostic.

Est-ce que le pendule peut aider au traitement ostéopathique?

L’utilisation auto-hypnotique

Le fait de fixer notre attention sur un objet est utilisé par les hypnotiseurs pour favoriser la transe hypnotique. Cette transe hypnotique permet de divertir le conscient de l’individu pour passer plus facilement outre ses barrières conscientes. Cela à pour but favoriser des réponses positives à des suggestions données et de communiquer plus directement avec notre subconscient. Le pendule fait d’ailleurs partie de ces objets emblématiques que l’on associe à l’hypnose.

Il devient dés lors très facile de s’auto-hypnotiser avec un pendule, car en nous nous concentrons sur cet objet nous allons nous poser une question en se la répétant. Nous rentrons alors dans une transe-hypnotique: un état mental de plus grande introspection. En fait nous contacterions de manière plus directe notre subconscient et grâce au conditionnement créé précédemment celui-ci se manifesterait en faisant bouger le pendule dans le sens qu’inconsciemment nous voudrions exprimer.

De la profondeur de la transe hypnotique dépendra votre capacité à ne pas pouvoir mentir consciemment à votre pendule. En effet plus la transe hypnotique est profonde moins nous pouvons mettre des barrages conscients et plus nous serions susceptible de répondre à un ordre ou à une question.

Dans l’article “PNL: comment doper le placebo en ostéopathie” nous avons vu que notre imaginaire pouvait affecter le ressenti d’une douleur. La mise en “transe-hypnotique” du patient en utilisant le pendule est très efficace. Cela peut permettre ensuite de travailler plus facilement/efficacement avec des techniques de suggestions de type PNL pour amoindrir la douleur imaginaire ou l’effet de la douleur imaginaire sur la douleur physique.

conclusion

Il est important que le thérapeute comprenne le fonctionnement réel du pendule pour ne pas en être la victime. Si on croit que le pendule trouve magiquement les lésions en surfant dans un cosmo-énergie trouvant les “failles auriques” du patient, le thérapeute court au désastre d’un point de vue de la crédibilité, du diagnostic et d’un point de vue thérapeutique.

Alors, est-il raisonnable d’utiliser d’un pendule pour le diagnostic ostéopathique ?

Cela permettrait d’obtenir une appréciation subconsciente du  corps du patient. Mais en fait cette appréciation subconsciente est celle qui déterminerait de toute manière notre choix pour une approche manuelle! Et si on se passe de tests manuels, alors on projette sur le patient les problèmes que l’on imagine, pas forcément  ceux dont il souffre réellement.

Expérience personnelle du pendule comme outil de diagnostic:

Après quelques tentatives en traitement, je dois avouer ne pas être convaincu. C’est une méthode très fastidieuse, lente car à chaque fois il faut se positionner en aplomb de l’endroit à tester (ou pas), et au final le choix qu’indique le pendule est de toute manière le choix que l’on aurait fait sans le pendule ! Bref peu utile en diagnostic. Mais je ne l’ai pas encore testé sur un objet perdu.

Et comme aide thérapeutique ?

Par contre le pendule pourrait servir à un thérapeute pour augmenter la suggestibilité du patient afin de travailler avec des techniques de PNL ou d’hypnose pour amoindrir d’autant plus la représentation imaginaire de la douleur. (voir article sur PNL)

Pour l’utiliser avec cette méthode le thérapeute doit doit absolument être compétent dans le domaine de la suggestion.

Et l’effet placebo via une dimension ésotérique réconfortante ?

Est-ce qu’il faille utiliser le pendule afin de satisfaire les besoins ésotériques d’un patient afin d’augmenter l’effet placebo ?

Ce n’est qu’une appréciation personnelle mais ne serait-il pas malheureux de renforcer quelqu’un dans une croyance erronée et par ce biais participer à la régression de l’intelligence collective ?

Et l’utiliser dans sa vie de tous les jours ?

Expérience personnelle de l’utilisation du pendule dans la vie de tous les jours:

Bien qu’il soit difficile d’en évaluer l’efficacité, l’utilisation du pendule au quotidien est assez intrigante. L’utilisation du pendule pour faire des choix permet de prendre le temps avant de faire une décision et de vraiment se poser les questions qui nous motivent pour faire ce choix. Cela permet aussi de faire de mini-break-méditatif en quelque sorte.L’objet même peut rapidement devenir une sorte de “plume de Dumbo“. Interprétons tout de même les réponses avec réserve.

Au Final

Au final la question n’est pas de croire ou non au pendule mais de comprendre les limites d’un pendule. Les mouvements idéomoteurs existent, et n’importe qui peut arriver à se laisser aller à donner un rythme idéomoteur à un pendule. Ce n’est pas le fait que la personne soit irrationnelle ou non qui fait que ce phénomène fonctionne ou pas,  mais le fait que la personne soit apte à créer volontairement et rapidement un réflexe conditionné “pensée oui =>mouvement dans un certain sens du pendule” et réciproquement pour non.

Il est illusoire de croire que l’on puisse trouver de l’eau ou quoique ce soit sans une explication déductive ou logique. Si vous connaissez une personne qui en est capable, et que vous voulez gagner 1M de $ alors contacter James Randi pour le lui montrer. Depuis 30 ans cet américain propose d’offrir cette somme a quiconque qui arriverait à prouver des phénomènes extra-ordinaire de ce type et le prix n’a jamais été gagné…

Maintenant si l’on se permet de traiter cet ostéopathe de charlatan qu’en est-il de ceux qui croient au mouvement inhérent  crânien ? Ce mouvement crânien ne serait-il pas lui aussi l’interprétation de mouvements idéomoteurs ?

Page précédente

One Response to “fonctionnement du pendule”

  1. décembre 21st, 2013 at 10:29

    Pourquoi trouve-t-on nos clefs avec un pendule ? Peut-on utiliser un pendule en ostéopathie ? says:

    […] annonces « fonctionnement du pendule page 2 L’effet idéomoteur : une clef de voûte de l’ostéopathie […]

Leave a Reply