Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Régime 5:2 : votre ostéopathe a essayé


Note de l’admin: évoluant dans un monde où la responsabilité personnelle envers notre propre personne incombe aux autres, il vous est recommandé de consulter votre médecin pour qu’il vous “autorise” à suivre un tel régime 5:2. Cela est particulièrement vrai pour les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes, les hypotensifs, et toutes personnes ayant des troubles cardiaques, métaboliques, physiologiques, pathologiques, psychiatriques… L’admin ne pourrait être responsable de tout effet secondaire lié au recours d’un tel régime alimentaire ancestral et pratiqué sous différentes formes par des millions de personnes à travers le monde.

Au fur et à mesure des années ces kilos en trop ont la fâcheuse tendance à s’accumuler, et alors ce n’est plus 2 ou 3 kg qu’il faut perdre mais une bonne dizaine… Cette masse supplémentaire vous démotive à faire du sport, “se lever du canapé” devient une action pénible et “monter un escalier” devient une véritable corvée. Les articulations cliquent et claquent, et peuvent devenir sensibles. Diabète, hypertension et cholestérol sont aux aguets…

Face à cet IMC qui s’envole il n’y a pas 15000 solutions, il faut perdre du poids.

Existe-il un régime radical, simple, efficace, bon pour la santé et qui ne vous empêche pas de manger chez vos amis ou de déguster votre gâteau au chocolat préféré ?

Oui, le jeûne ou régime 5:2.

Expérience personnelle du régime 5:2 ou jeûne intermittent (part 1)

J’ai 32 ans et mesure 1m80. Un IMC “normal” (si cela a un sens) est compris entre 20 et 25.

En août 2012 :  je pesais 88,5kg, soit un IMC =27,31kg/m^2

En octobre 2012 après 10 semaines de régime à base de jeûne, je suis arrivé à 76kg soit un IMC de 23,45kg/m^2

Entre mi-octobre et janvier 2012 plus de régime, juste en faisant attention et en “écoutant son estomac” j’ai repris 1kg. Les festivités de fin d’année ? Ma masse est de 77kg soit un IMC de 23,76 kg/m^2.

Non je ne pense avoir été victime d’un effet yoyo propre à de nombreux régimes et il est hors de question que je repasse un jour au-dessus des 80 kg. En 2 mois et demi j’ai perdu plus de 11 kg soit près d’un pack de 6 bouteilles de 2L de coca cola…

Le déclic ? La stimulation par une série de nombres binaires dans un monde virtuel, ou plus exactement un superbe reportage de la BBC sur le régime 5:2 intitulé: “Eat, Fast and Live Longer” présenté par Michael J. Mosley.

Eat, Fast and Live Longer

Dans ce documentaire, Mosley fait le tour de plusieurs universités qui étudient les bienfaits du jeûne et finit par s’essayer au régime 5:2 soit 2 jours de jeûne dans la semaine, (le régime du jeûne intermittent que j’ai essayé et qui sera décrit dans ce post, à voir aussi le site sur le jeûne intermittent).


Eat, Fast & Live Longer HD par limoslight

L’effet du jeûne semble être assez peu étudié scientifiquement parlant, et ses bienfaits éventuels sont encore à l’état d’hypothèses scientifiques et ne font pas encore partie du consensus médical. Cependant dans ce reportage de nombreuses universités mettent en évidence des bienfaits potentiels sur notre santé.

Quels seraient les bienfaits du jeûne ?

  1. En diminuant l’apport calorique (notamment en jeûnant) on diminue la sécrétion d’hormone de croissance appelée IGF-1 (Insulin-like Growth Hormone 1). Cette hormone de croissance contribuerait activement aux méfaits du vieillissement. En effet des populations de l’Équateur qui par une anomalie génétique (le syndrome de Laron) n’en sécrètent pas, ont une très petite taille mais ne développeraient pas de cancer ni de diabète.
  2. Diminuer son apport calorique, réduire son poids et donc abaisser son IMC diminuerait aussi le niveau de cholestérol et les risques de troubles cardiovasculaires.
  3. Des études sur des souris montrerait qu’un régime alimentaire alterné avec des jours de jeûne préviendrait de troubles neuronaux comme Alzheimer et Parkinson. Bien évidemment ce n’est pas parce que c’est vrai chez la souris que ça l’est chez les humains, mais en tout cas cela soulève l’intérêt d’étudier un tel régime alimentaire chez l’homme.
  4. Perdre du poids c’est aussi moins solliciter ses articulations porteuses, et être capable de monter un escalier quand vous avez 80 ans c’est certainement plus agréable que de rester bloqué dans un fauteuil…

Le régime 5:2 dit “jeûne intermittent”

Ce qui est bien dans ce régime 5:2 c’est sa simplicité. Pendant 2 jours vous mangez (beaucoup) moins, c’est à dire moins de 600 calories par jour et le reste du temps vous mangez à votre envie.

Merci, au revoir…

Oui c’est aussi simple que ça mais bon il y a tout de même 2-3 précisions à faire afin d’optimiser la chose. Une petite dizaine en fait.

Expérience personnelle du régime 5:2 (Part 2)

  1. Personnellement  j’ai préféré faire les 2 jours de jeûne le lundi et le mardi. Vous sortez d’un weekend qui est souvent hyper calorique et les 2 premiers jours de la semaine sont rarement les jours où vous êtes invités.
  2. Bien que vous pourriez consommer les 600 calories réparties dans la journée, si vous le pouvez, essayer de vous tenir sur un petit déjeuner et quelques fruits secs en fin de journée. La raison est que comme ça vous ressentez véritablement cette sensation de faim. Ressentir cette faim peut paraître masochiste mais cela va vous aider à recalibrer votre ressenti de satiété. En effet après quelques semaines ce que vous décriviez comme “avoir vraiment la dalle” sera ressenti comme “avoir un p’tit creux”. Le reste de la semaine, à chaque repas, vous arriverez plus rapidement à satiété et du coup vous mangerez moins.
  3. Pour les fruits secs (pruneaux abricots dattes figues…) évitez de prendre ceux qui ont l’air “jolis” ils sont bourrés de sulfite. Soyez raisonnable sur la quantité car ils sont très caloriques.
  4. Différents thés verts, rouges ou limonade peuvent vous changer de la monotonie de l’eau; essayez d’en boire 2L+/-/jour
  5. Ne faites pas de sport les jours où vous jeûnez et le jour où vous sortez du jeûne, euh… non plus en fait(vous ne gagnerez pas votre partie de squash, c’est garanti).
  6. Mangez len-te-ment. Prenez le temps de mâcher, de redécouvrir la nourriture. Cela vous donnera le temps de savoir si vous avez vraiment encore faim ou non avant de vous resservir par exemple.
  7. Les jours de jeûne faites vous un petit déjeuner super sain: 2/3 fruits, fromage blanc, muesli. Soyez tenté de moins manger de nourriture préfabriquée le reste de la semaine
  8. A éviter dans la mesure du possible bien sûr alcool, cigarette et café surtout les jours de jeûne.
  9. Vous serez probablement fatigué le soir, écoutez votre cycle de sommeil et allez au lit plus tôt
  10. Faites ce régime au moins 6 semaines à moins que vous vous sentiez terriblement mal. Si vous le faites peu de temps alors oui l’effet yoyo est à craindre. Personnellement après 10 semaines j’étais assez  fatigué physiquement, et j’ai décidé de faire un break. Plus de 11kg de perdu c’est quand même pas si mal. Continuer de faire une journée de jeûne par semaine aurait pu être intéressant pour “se maintenir”.

Comment vous motiver à faire ce régime par la PNL

Nous sommes tous motivés par différents facteurs et peut-être que ce régime 5:2 ne coche pas a priori les cases correspondant chez vous aux zones de votre cerveau responsable pour votre motivation à vous lancer dans cette intéressante expérience. Il y aurait 4 paires opposées de motivateurs. Nous serions tous plus motivé par certains de ces motivateurs. Trouvez les vôtres et tunnélisez un maximum !!! imaginez-vous des scénarios si vous suivriez ce régime, projetez-vous dans le futur imaginaire!

La carotte ou le bâton ?

  • Certains d’entre nous sont motivés par le gain que l’on peut avoir d’une prise de décision: vivre mieux, se sentir bien dans sa peau, retrouver son poids de forme, se remettre à faire du sport
  • D’autres sont plus motivés par la conséquence de ne pas prendre la décision de faire un régime: augmenter ses risques de cancer, diabète, maladie cardio-vasculaire, obésité…

motivation interne ou externe ?

  • Est-ce par ce que le fait d’arriver à affronter sa faim vous demande de puiser dans vos ressources intérieures et que cela semble être un challenge intéressant
  • ou est-ce que prouver aux autres que vous êtes capable de faire un tel régime en affrontant “la faim” est un élément qui vous motive

c’est parce que vous en avez la possibilité ou la nécessité que vous commencez ce régime?

Vous désirez perdre ces kilos avant l’été:

  • Préférez-vous commencer le plus tôt possible car vous en avez la possibilité, car il ne faut pas reporter à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui ?
  • Préférez-vous attendre les 8 dernières semaines, histoire d’être motivé par la pression du jour J sur la plage ?

Êtes vous motivé par la ‘similarité’ ou la ‘différence’ ?

  • Est-ce le fait  qu’un régime 5:2  entretient une certaine routine de vie qui vous plaît ? à savoir jeûner les mêmes jours 2 fois par semaine ?
  • Est-ce le fait de faire un régime qui fait varier vos habitudes alimentaires qui vous motive ?

Maintenant que vous avez analysé vos motivateurs et que vous les avez exploités imaginairement au maximum, par où commencer? comment s’y prendre pour démarrer ce régime ? comment  gérer la faim ? comment affronter ces moments où on pourrait craquer ?

Créons le contenant du contenu par le système 4mat de la PNL

Le contenu c’est le régime 5:2 ou n’importe quel but que vous vous fixez (le gâteau si vous voulez :p). En général il y a échec de ce but car il n’y a pas de travail préalable sur le contenant qui en découle. Le contenant (ou le le moule) c’est toutes les conséquences et implications qui découlent du contenu . Arriver à se projeter dans des évènements clés du régime ou des implications du futur but permet de programmer à l’avance la manière dont vous voudrez réagir dans ces situations délicates.

Par exemple: Imaginez que vous êtes en train de faire votre journée de jeûne et vous décidez d’aller prendre un café. Le serveur vous sert ce café avec un carré de sucre et un petit chocolat. Allez-vous manger le chocolat et utiliser le sucre ? Non car c’est la journée où vous prenez plaisir à jeûner, si vous vous trouvez dans cette situation, c’est alors avec plaisir que vous laisserez le chocolat et le sucre sur le bord de la soucoupe. Ne pas avoir fait ce travail d’imagination préalable augmente vos chances de prendre, à ce moment clé, le chocolat ou de mettre du sucre dans votre café.

Afin de créer un environnement de processus et de réseaux neuronaux propice au succès de votre régime nous allons utiliser le système “4mat” issu de la PNL qui gravite autour de 4 questions. Lorsque que vous y répondez projetez-vous vraiment dans ces réponses, faites une sorte de rêve éveillé, faites travailler ce futur-imaginaire sans limite.

Pourquoi faire ce régime ?

Refaisons un tour de nos motivations. Projetez-vous, imaginez, rêvez, visez, réussissez !

Que/Quoi faire pendant ce régime ?

Des détails ! Qu’est ce que vous allez manger ? en quelle quantité ? Quel repas ? qu’allez vous boire ? …

Comment faire ce régime ?

Quel jour de la semaine ? Combien de temps ? allez vous faire du sport ? comment arranger votre semaine ? allez-vous manger rapidement-lentement ? Allez-vous vous lâcher pendant les 5 jours ? Allez-vous vous resservir ? À quel moment de sensation de satiété allez-vous arrêter votre repas ? Qu’allez-vous acheter au supermarché ? …

Et si ?

Quelles peuvent être les situations imprévues qui pourraient perturber votre régime ? comment gérer un repas professionnel ? Et si il fallait revoir complètement notre vision culturel du repas ? Et si on devait privilégier la qualité à la quantité ? …

 

Qualité Vs Quantité

Ce régime soulève des questions intéressantes notamment celle du fait que l’on surconsomme.

Oui généralement nous privilégions la quantité à la qualité. Les deals de supermarché nous poussent dans ce sens avec des promos du style “buy 2 get one free”, le “freebie” terminant souvent d’ailleurs à la poubelle (voir ici).

Sans vouloir passer pour un pro-BB, il est tout même navrant de voir la manière dont nous traitons et estimons ces animaux qui terminent dans notre assiette. Oui, nous devrions avoir honte de cautionner cet élevage de masse en achetant par quantité, privilégiant cela à la qualité. Ils pensent, ils ressentent des émotions et souffrent…

Que penser de l’éradication de troupeaux lors de l’apparition d’une possible épidémie virale qui s’étend rapidement grâce notamment à ces élevages massifs. En Chine en 2005 pour 62 personnes décédées on a abattu 150 000 000 de volailles… (ici) soit 2,5 millions de poulets tués préventivement pour 1 personne décédée de la grippe.

Outre cette notion émotionnelle nous pourrions aussi voir l’aspect écologique d’une telle surconsommation. Savez-vous qu’il faille 16000L d’eau pour produire 1kg de boeuf et 900L pour 1L de lait  (ici) ? Que l’on consommerait 66 milliards de kilos de viande de boeuf par an? Que l’on tuerait près de 60 milliards d’animaux par an pour nourrir la population mondiale (ici)? Qu’une vache en France produirait 90kg de méthane par an par ses pets et que l’on recensait près de 20 millions de bovins (petits et grands) en France en 2008(ici), et que le méthane est 20 fois plus efficace que le CO2 au niveau réchauffement climatique ici ?



Au niveau efficacité métabolique, les êtres vivants ont un rendement de 10%. C’est à dire que pour chaque kilo de nourriture consommé nous en utilisons vraiment que 100g. Ainsi lorsque l’on mange un animal le rendement est de 1% par rapport aux cultures exploitées. Manger plus de “végétables” et moins de viande (notamment bovine, moins vrai pour la volaille ou le porc qui vivent en partie sur nos déchets alimentaires) est évidemment une conduite à tenir dans le futur pour un respect de l’environnement et pour que tout le monde puisse se nourrir sur Terre. Si pendant vos 2 jours de jeûne vous évitez de manger de la viande vous diminuerez  votre consommation de viande de près de 25%.

Préférez acheter de la viande de qualité et en consommer moins par semaine. Accepter de payer le prix fort pour une viande respectée, cela aiderait nos fermiers, et serait un bienfait écologique et environnemental…

Très bonne année 2013,

Quelle soit des plus intéressantes possibles et pleines de bonnes résolutions !!!

 

 

Tags: , , ,

5 Responses to “Régime 5:2 : votre ostéopathe a essayé”

  1. janvier 8th, 2013 at 5:04

    sham says:

    Bonjour Pierre! Je ne suis pas forcément fan de l’idée du jeune (peut-être mon côté antireligieux?!). Je voulais juste rappeler que maigrir est finalement une question de mathématique. Si on prend moins de calories qu’on en dépense, on perd du poids. Toute la question est bien évidemment comment faire pour en arriver là. Il me semble qu’une solution est de noter exactement ce qu’on mange et ce qu’on boit tous les jours, pour ce rendre compte de ce qu’on ingurgite. La plupart du temps les gens grignotent sans se rendre compte qu’ils grignotent. Mon père, par exemple, se vante de ne pas manger le midi et “très peu” le matin et j’ai pu constater qu’il buvait 10 litres de thé tous les jours avec la tonne de sucre qui va avec (j’exagère un poil). Mon conseil à 2 balles :)

  2. janvier 15th, 2013 at 12:25

    admin says:

    Bonjour Sham !

    Merci pour ton commentaire. Effectivement je n’ai pas abordé l’équation “énergétique” dans le sens réel du terme. Merci donc de le souligner. Aussi ai-je omis de parler de facteurs de prédispositions génétiques et pathologiques. Nous ne sommes pas tous égaux face à la perte/prise de poids. Un exemple flagrant serait par exemple une personne à tendance hypo ou hyperthyroidique. Certaines personnes assimilent mieux qu’elles ne brûlent leur graisse… Bref ce régime n’est pas pour tout le monde vous l’avez compris.

  3. janvier 17th, 2013 at 4:38

    Emilie says:

    Bonjour, je fais le régime 5:2 depuis quelques semaines déjà et je perds environ 500 grammes par semaine. Ce n’est pas énorme, mais je trouve que c’est un rythme de perte de poids tout à fait sain. Et on se casse (un peu) la tête deux jours seulement par semaine (surtout lorsqu’on a deux petites filles à nourrir!)

    Cela dit, je voulais apporter une précision quant aux jours de jeûne. Dans le reportage de la BBC, on spécifie que les jours de jeûne ne doivent idéalement pas être consécutifs. Par exemple, moi je me restreints les lundis et mercredis (ça peut varier au besoin). Michael Mosley parle de réduire ses calories à 400 ou 500 pour les femmes et 500 à 600 pour les hommes pour favoriser la perte de poids. Mais comme il y a très peu de recherches faites sur le sujet, je crois que chaque personne peut faire ses propres expériences.

    Par ailleurs, Dr. Krista Varadi (une des chercheuses du reportage) souligne qu’elle favorise une période de jeûne la plus longue possible, idéalement un jeûne total de 16h (ou 14h???). Par exemple, cela se traduit ainsi: Si vous mangez le soir vers 20h, essayez de manger le plus tard possible le lendemain, idéalement après 14h. Les premières fois, c’est plus difficile, mais on s’habitue (certaines journées peuvent demeurer plus difficiles en raison du stress, de la fatigue ou tout autre situation qui nous stimule la fausse-faim). Moi, dans ces cas-là, je prends parfois un café noir, mais j’évite autant que possible. Mais encore une fois, c’est à chacun de voir.

    De mon côté, je me sens plus en forme que jamais! Je ne ressens pas la même fatigue que vous décrivez, au contraire! J’ai l’impression d’avoir l’esprit plus clair et plusieurs personnes qui suivent ce mode de vie le ressentent aussi! Aussi, je souffrais (avant d’entreprendre ce mode de vie) de trouble de l’intestin irritable et tout cela est disparu dès la première semaine! Je suis vraiment très contente de cette découverte. J’ai fait beaucoup de recherches sur le sujet et je suis déçue qu’il y ait si peu de documentation (surtout en français), mais j’ai participé à des groupes de discussion et c’était très stimulant.

    Pour donner quelques idées de repas, je mange beaucoup de soupe, de salade avec vinaigrette très légères ou sans calories, des sautés de nouilles shirataki, des fruits de mer et poisson blanc, parfois un met surgelé à peu de calories pour me dépanner, des galettes de riz en collation, des fruits, un oeuf, une omelette sans fromage, etc. Je mange vers 12h-13h (selon l’heure à laquelle j’ai mangé la veille – le plus souvent vers 18h) et vers 18h avec parfois une minuscule collation entre les deux. Le lendemain, je prends le petit-déjeûner et mange normalement.

    Bref, bon succès à tous ceux et toutes celles qui entreprendront ce mode de vie! Ça donne un sentiment de contrôle intéressant et les résultats sont là.

  4. janvier 17th, 2013 at 7:01

    Julien says:

    Super article Pierre, je dois dire que l’idée ne m’avais jamais traversée l’esprit. Il faut dire que je suis de ceux qui devraient plutot grossir que maigrir, mais le jeune un concept auquel on ne pense pas souvent.

    Qu’en est-il pour les sportifs accros qui ne peuvent pas passer une journée sans courir ? N’y a t’il pas un risque de perte de forme et d’efficacité ?

  5. mai 31st, 2013 at 12:32

    Tous les articles d’ostéopathie-64 says:

    […] 69. Jeûner pour perdre du poids : votre ostéopathe a essayé […]

Leave a Reply