Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

La respiration, un point de vue ostéopathique

Combien de temps par jour prenez-vous le temps de bien respirer ? (une respiration abdominal, profonde et consciente)

View Results

Loading ... Loading ...

La respiration est essentielle pour pouvoir vivre. Le rythme respiratoire avoisinne les 12 cycles par minute.

Lors de l’inspiration le corps va capter de l’O2 et lors de l’expiration il va se débarasser de l’excès de CO2.

La respiration sert aussi à la régulation du pH, une hyperventilation va diminuer l’acidité en se débarassant du CO2 à l’inverse une baisse de la ventilation va augmenter l’acidité.

Mais l’utilité de la respiration ne s’arrête pas là, elle sert à communiquer par la voix, à sentir via l’odorat et le mouvement rythmique du diaphragme sert de pompe qui  masse les organes intra-abdominaux et favorise le retour veineux et lymphatique.


Le diaphragme se trouvant entre la cage thoracique et l’abdomen délimite deux parties du corps dont les pressions sont radicalement différentes.

Le mécanisme de la respiration

  • L’inspiration

Activité musculaire à l’inspiration

Différents muscles fonctionnent en synergie durant l’inspiration, leur but ultime étant de créer une dépression dans la cage thoracique (notamment dans les poumons) afin d’emplir les poumons d’air.

Le muscle principal de l’inspiration est le diaphragme. Il ressemble à 2 coupoles à convexité supérieure et s’attache sur le corps les lombaires hautes, les 6 dernières côtes des 2 côtés et l’appendice xiphoïde.

Lors de l’inspiration le diaphragme se contracte et s’abaisse. Une dépression se crée dans la cage thoracique et les poumons s’emplissent d’air (N.B: la pression abdominale augmente ce qui fait gonfler le ventre).

Le diaphragme n’est pas le seul muscle de l’inspiration, des muscles dits “accessoires” ont aussi un rôle important. Le carré des lombes abaisse la 12ème côte ce qui augmente l’efficacité du diaphragme. Les intercostaux externes eux guident les côtes les unes par rapport aux autres. Le petit pectoral et les scalènes (et SCM) s’attachent sur les côtes supérieures et résistent à la traction inférieure exercée par le diaphragme, permettant ainsi de maximiser la capacité pulmonaire.

 

  • L’expiration
muscles impliqués dans l'expiration

muscles impliqués dans l’expiration

Il n’existe pas de muscle expiratoire directe, l’expiration se fait de manière indirecte.

La première phase le l’expiration c’est le relâchement du diaphragme.

Comme la pression abdominale est nettement supérieure à la pression thoracique le diaphragme est alors repoussé vers le haut et vide une partie de l’air pulmonaire.

Pour forcer l’expiration, la contraction des abdominaux (obliques internes/externes, transverses et rectus abdominis) va augmenter d’autant plus la pression abdominale.

Les intercostaux internes vont eux diminuer l’espace intercostal, ce qui diminue la capacité thoracique et donc force l’expulsion de l’air.

Les effets secondaires de la respiration thoracique exclusive

L’inspiration devrait principalement s’effectuer grâce au diaphragme et du coup être “abdominale“. Comme expliquer précédemment le diaphragme s’abaisse et augmente la pression abdominale. Avec une ceinture abdominale relâchée le ventre devrait alors “gonfler” lors de l’inspiration. Si l’inspiration est forcée alors les muscles accessoires s’activent, l’inspiration devient ainsi abdominale et thoracique.

Cependant chez de nombreuses personnes l’inspiration principale se fait au niveau thoracique et cela serait source de nombreux problèmes. Rappelons certains muscles accessoires de l’inspiration. Les scalènes postérieurs, antérieurs et moyens sont des muscles qui relient les cervicales aux premières côtes.

vue antérieur du plexus brachial

vue antérieur du plexus brachial

Si l’inspiration se fait principalement au niveau thoracique alors ce sont ces muscles qui vont se contracter de manière répétitive. Ils élèvent les premières côtes certes, mais ils tirent aussi sur ces cervicales (!) et les compressent limitant ainsi leur mobilité et irritant leurs facettes articulaires. Leurs contractions répétée (18000x/jour) peuvent les rendre symptomatiques (douloureux) et ils vont s’hypertrophier (grossir).

Un détail anatomique intéressant est que le plexus brachial (les nerfs qui descendent dans le bras et son artère) passent entre le scalène antérieur et moyen et il passe aussi entre la clavicule et la première côte.

L’hypertrophie des scalènes et l’élévation répétée de la première côte va favoriser la compression et le manque de mobilité du plexus brachial. Pour couronner le tout ce plexus brachial passe sous le pectoral mineur qui lui aussi est un muscle accessoire de l’inspiration

En clair une “respiration thoracique chronique” augmente  de manière significative vos chances de développer des problèmes de cou et d’irritations nerveuses.

Quelles sont les personnes susceptibles de développer une mauvaise respiration ?

  1. Les personnes souffrantes de problèmes respiratoires (asthme, bronchite chronique, insuffisance respiratoire). Car ces personnes vont toujours être en inspiration forcée et du coup vont utiliser ces muscles accessoires.
  2. Les personnes particulièrement stressées ou qui ont toujours froid. Elle vont naturellement contracter leur abdominaux et ainsi verrouiller la pression abdominale; le diaphragme ne pouvant plus descendre la respiration se fait de manière thoracique. Le fait que la tête soit dans les épaules favorise aussi la respiration thoracique.
  3. Les femmes portant des soutien-gorges trop serrés.
  4. Les travailleurs de bureau sont aussi de fréquentes victimes de cette respiration thoracique excessive et cela pour 2 raisons. A cause d’une posture mal adaptée le sujet est affalé dans son fauteuil alors l’abdomen est compressé. La pression intra-abdominale augmente et du coup il est plus difficile pour le diaphragme de descendre. Mais aussi lorsque le clavier est trop proche du bureau le travailleur doit porter le poids de ses bras et avant-bras. Il doit donc contracter les trapèze et levator scapulae, position qui facilite la respiration thoracique. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les symptomes causés par ce genre de respiration donne un tableau similaire au syndrome de la souris. faites attention à votre posture au bureau !

Comment mieux respirer?

Voici une routine simple et sans prétention qui si bien faite pourrait bien changer des choses. Durant cette routine si vous vous sentez mal ou si votre tête tourne arrêtez la (n’hésitez pas dans ce cas là à consulter votre ostéopathe, kinésithérapeute ou médecin)

Pour cette routine vous pouvez soit être assis droit, soit allongé sur le dos, genoux pliés et pieds à plat sur le sol. Placez vos mains sur votre ventre

Nous allons essayer de suivre un rythme facile: inspirer pendant 3sec, stop 1 sec, expirer pendant 3sec stop 1sec…

  1. Inspirez doucement pendant 3 secondes et ce faisant votre ventre va se gonfler et pousser vos mains. Votre thorax ne devrait pas bouger.
  2. Attendez une seconde
  3. relachez votre diaphragme puis contractez doucement et progressivement vos abdominaux cela pendant 3 secondes. A la fin de l’expiration vous pouvez même contracter les muscles pelviens.
  4. Attendez une seconde et on recommence…

Essayez de contrôler cette inspi/expi afin qu’elle soit régulière et trouvez votre rythme. N’inspirez pas trop profondément car sinon vos muscles accessoires vont se contracter. Vous pouvez pratiquer cette exercice  pendant 10 min 3 fois par jour et même plus si vous le désirez. Evitez l’hyperventilation en évitant un rythme trop rapide et une inspi trop profonde. C’est un très bon exercice anti-stress et aussi essentiel pour raffermir ses abdominaux!

Conclusion

Concernant le rôle de la respiration dans l’équilibre acido-basique du corps humain. Je ne peux pas vous dire l’effet qu’a cet exercice de respiration sur l’acidité de votre corps car vous pourriez être en hypo ou en hyperventilation. Néanmoins en apprenant à respirer correctement et profondément en utilisant votre diaphragme, vous offrez à votre corps la capacité d’avoir une respiration beaucoup plus compensatrice lors de la respiration automatique et ainsi de s’adapter au mieux et rapidement aux variations du pH de votre corps.

De plus une bonne respiration abdominale va favoriser le retour veineux et lymphatique, masser les organes, améliorer votre concentration et réduire votre stress. Elle peut aussi vous éviter bien des problèmes musculo-squelettiques.

La respiration est aussi un très bon moyen de gérer son stress. Lors d’une situation stressante on a tendance à avoir un mode de fonctionnement autonome nerveux sympathique. Cette innervation sympathique provenant des 4 premières thoraciques favorise la broncho-constriction. Ce qui favorise la crise d’asthme. En prenant conscience de sa respiration et en forçant une inspiration abdominale on force et favorise une broncho-dilatation. On prend conscience de cette situation stressante, ce qui nous permet de sortir de la dualité du conflit et nous aide à trouver une solution à notre problème plutôt que de le subir.

Si vous vous retrouvez dans ces symptômes, n’hésitez pas à contacter votre ostéopathe. Un traitement ostéopathique peut vous aider de manière significative au niveau de difficulté respiratoire fonctionnelle et des symptômes qui peuvent en découler.

inhale exhale

Tags: , , ,

12 Responses to “La respiration, un point de vue ostéopathique”

  1. janvier 7th, 2010 at 2:01

    Posture au bureau | osteopathie-64 says:

    […] il ne peut pas se mouvoir aisément. De ce fait ce sont alors les muscles accessoires de la respiration (scalènes, SCM) qui prennent le relai. Ces muscles s’attachent sur les cervicales et les […]

  2. janvier 8th, 2010 at 2:25

    Les cicatrices et leurs effets sur la posture | osteopathie-64 says:

    […] Votre ostéopathe « La respiration, un point de vue ostéopathique […]

  3. mai 31st, 2010 at 9:16

    La mémoire tissulaire | osteopathie-64 says:

    […] L’influence du stress sur la respiration est très important et favorise la respiration dite “thoracique“. Cette respiration thoracique favorise elle, la contraction chronique de muscles accessoires […]

  4. septembre 12th, 2010 at 10:13

    seb says:

    La respiration sert aussi à la régulation du pH, une hyperventilation va augmenter l’acidité en se débarassant du CO2 à l’inverse une baisse de la ventilation va diminuer l’acidité.
    je ne comprends pas très bien … Le co2 est acide non???

  5. septembre 13th, 2010 at 3:26

    admin says:

    Cher Seb,

    Merci d’avoir relevé cette erreur que je vais corriger en suivant.
    Bonne journée,

  6. novembre 27th, 2010 at 4:32

    iPhone ou AïePhone ? | osteopathie-64 says:

    […] des muscles élévateurs des épaules (trapezius, levator scapulae). Ceci à son tour favorise une respiration thoracique excessive qui prédispose à des cervicalgies, des migraines et autres douleurs […]

  7. avril 7th, 2011 at 11:53

    Les ostéopathes possèdent-ils le don de psychométrie ? | osteopathie-64 says:

    […] à l’expression du stress courant, chronique ou profond. Il est plus que probable que la respiration puisse être affectée au niveau de son rythme, amplitude, et […]

  8. mai 22nd, 2011 at 11:36

    Magnétiseur, reiki info ou intox | osteopathie-64 says:

    […] sensitives émanant de votre main. L’étirement de ce nerf va varier en fonction de votre respiration et de la position spatiale de votre bras, coude, poignet et tête. Et étrangement les sensations […]

  9. janvier 13th, 2012 at 6:28

    cathy says:

    La respiration, quel sujet majeur ! Outre les nombreux bienfaits physiologiques, le souffle est notre tronc commun comme support de la conscience et nous réunis sur un même pied d’égalité. Je suis relaxologue, je pratique et j’ai enseigné le hatha yoga et la méditation depuis plus de 20 ans, ainsi que le Qi gong depuis quelques années, du coup la respiration consciente fait partie intégrante de mon quotidien depuis longtemps. C’est un véritable outil qui agit sur tous les niveaux de nous même. J’ai créé un blog à ce sujet et je suis ravie de vous lire et de vous mettre en lien sur mon blog pour je l’espère de fructueux partages.
    Respirons donc ensemble !
    Cathy Collot

  10. février 6th, 2012 at 12:23

    Mal de cou et cervicalgie, et ostéopathie | osteopathie-64 says:

    […] rapide, une respiration thoracique (favorisée par le stress, l’assise au bureau… voir article) va avoir recours à l’utilisation de muscles accessoires de la respiration (scalènes/SCM) […]

  11. décembre 14th, 2012 at 6:30

    Tous les articles d’ostéopathie-64 says:

    […] 17. La respiration d’un point de vue ostéopathique […]

  12. mai 9th, 2013 at 10:40

    Les sciatalgies et les cruralgies says:

    […] respiration thoracique peut entrainé un syndrome du défilé des scalènes qui est une irritation périphérique du […]

Leave a Reply