Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Mal de cou, cervicalgie: approche par l’ostéopathie

Monsters Inc movie image Pixar (2)

Le mal de cou est un trouble très intéressant ostéopathiquement parlant, bien que peu agréable pour le patient. En fait nous devrions remercier les décrets de 2007 règlementant l’ostéopathie (interdisant notamment les Manipulation Cervicales, MC sans autorisation médicale ) pour nous avoir offert l’opportunité d’approfondir d’autant plus notre compréhension ostéopathique de la cervicalgie.
Les plus puristes d’entre nous diront qu’il n’était pas nécessaire d’interdire les MC pour améliorer notre ostéopathie, il n’empêche que pour nombre d’entre nous cela nous a forcé à approfondir notre approche thérapeutique afin d’essayer de soulager une cervicalgie sans avoir recours à une MC.

Tout comme l’article sur le mal de dos nous allons d’abord faire un rappel anatomique puis différencier le diagnostic orthopédique/neurologique du diagnostic ostéopathique.

L’accent sera bien évidemment porté sur le diagnostic ostéopathique aussi si vous voulez en savoir plus sur l’anatomie ou le pathologique référez-vous à des sites d’anatomie ou de pathologie.

Afin de ne pas se perdre dans la multitude de symptômes qui peuvent être liés avec les cervicalgies seront ignorés maux de tête, brachialgie, symptômes neurologiques…

Cette liste des différents diagnostics ostéopathiques de cervicalgie est bien évidemment une liste non-exhaustive. Il serait improbable que l’auteur puisse avoir une compréhension complète et véridique du mal de cou. Cette appréciation est rappelons le principalement subjective, interprétez-la avec précaution, si vous pensez que certains points ont été omis n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Rappel Anatomique (rapide) du cou



image513Le cou est composé de 7 cervicales. En haut nous avons l’occiput (l’arrière du crâne) qui repose sur l’atlas (première cervicale C1). Cette articulation appelée aussi C0-C1 est très important dans la flexion-extension.

Plus bas l’atlas s’articule avec l’axis (C2). C1-C2 est principalement responsable dans la rotation. C2-C3 dans la flexion latérale. …

La 7ème cervicale s’articule avec la première thoracique.

Le cou anatomique n’est composé que de 7 cervicales, mais en ostéopathie il faut rajouter le crâne, les hautes thoraciques et les premières côtes. En effet la mécanique du cou implique directement ces structures osseuses. entre chacune de ces vertèbres se trouvent des disques intervertébraux.

Les muscles importants sont les muscles sous-occipitaux, sterno-cléïdo-Mastoïdiens, trapèzes, élévateur de la scapula, splenius capitis, les scalènes (ant, moy et post), sterno-hyoïdien, omo-hyoïdien et les différents muscles sous-mandibulaire.muscles_cou_profil


Exemple de différents diagnostics médicaux du mal de cou

Le diagnostic orthopédique, ou médical va être l’explication symptomatique de votre douleur. Ce diagnostic répond à la question:

“Quels sont les tissus qui font mal ou provoquent les symptômes ?”

Ce diagnostic est essentiel à faire car il permet de savoir si notre cervicalgie a une origine pathologique ou une origine mécanique musculo-squelettique dysfonctionnelle.

Dans le cas où nous sommes en présence d’une pathologie y a-t-il contre ou indication à une approche par l’ostéopathie ? L’arthrose ou une hernie discale modérée sont des “pathologies”, mais améliorer la fonction mécanique peut véritablement améliorer la “pathologie”, et l’ostéopathie peut alors être vivement indiquée (avec certaines précautions évidemment).

lom55Hernie discale: Entre chaque vertèbre nous allons trouver un disque fibreux dans lequel se trouve un noyau aqueux. Ce disque peut se fissurer et ce noyau s’échapper postérieurement. Le pourtour du disque fibreux est innervé ce qui peut être douloureux lorsqu’il se fissure et en arrière se trouve le ligament longitudinal postérieur. Sa présence favorise une protrusion latérale. Cette protrusion et l’inflammation qu’elle crée peuvent compresser alors une racine nerveuse et donner des symptômes d’irritation nerveuse.

Entorse cervicale/whiplash: Une entorse cervicale va être une atteinte ligamentaire et capsulaire plus ou moins importante de différents étages cervicaux. Le whiplash est “le coup du lapin” lors d’une forte décélération ou accélération, le cou va partir brusquement en flexion, extension ou flexion latéral (typiquement en accident de voiture). Un whiplash provoque souvent une entorse cervicale qui sera accompagnée de la contraction réflexe de nombreux muscles du cou.
F1.large

Fractures: Besoin d’expliquer ? élégament appelées “solution de continuité”.

Arthrose: L’arthrose en elle même n’est pas forcément douloureuse mais peut prédisposer à la douleur. Le premier stage est généralement la destruction progressive des cartilages, puis l’élargissement des surfaces articulaires (ostéophytes). Au niveau des facettes articulaires la présence des ostéophytes peuvent limiter la mobilité cervicale (extension) et provoquer des symptômes neurologiques (radiculopathies)

fissuration de l’artère vertébrale: l’artère vertébrale passe à travers les apophyses transverses des 6 premières cervicales. Si cette artère se fissure cela peut provoquée des douleurs cervicales, migraines …

Bien sûr il ne faudrait pas oublier les pathologies rhumatismales, les tumeurs, métastases, douleurs référées (thymus, thyroïde, oesophage, coeur…) et …

Encore une fois si vous voulez en savoir plus sur les diagnostics médicaux de mal de cou référez vous à  des sites médicaux.

Différents diagnostics ostéopathiques du mal de cou

En ostéopathie nous recherchons les hypomobilités et leurs raisons existentielles. Ce sont ces hypomobilités (que l’on appelle dysfonctions somatiques) qui vont perturber l’équilibre mécanique du corps et engendrer des tensions musculo-squelettiques. Ces tensions ne sont pas forcément douloureuses, mais chacune d’elle va compromettre un peu plus la capacité du corps à pouvoir compenser d’un stress mécanique X ou Y.

Le diagnostic ostéopathique cherche à identifier ces différentes restrictions de mobilité tissulaire et d’en comprendre la cause. Ce diagnostic cherche à expliquer la causalité du trouble, il répond à la question:”Pourquoi ?”. On pourrait même dire qu’il cherche le “Pourquoi du pourquoi du pourquoi…”

Il n’est pas évident d’organiser les différentes causes d’un mal de cou car de nombreux facteurs vont participer de près ou de loin à ces tensions cervicales. Vous verrez aussi qu’un mal de cou est loin de la simple explication “vertèbre bloquée” car de nombreux facteurs vont influer pour prédisposer et maintenir ce blocage. Aussi il serait illusoire de croire que de faire une simple manipulation de “cracking” local résoudra tous les problèmes. Ce serait aussi l’explication pourquoi certaines recherches étudiant l’efficacité de la manipulation vertébrale seule n’y prouveraient qu’une faible efficacité thérapeutique (voir ici ).

Les descriptions suivantes sont une appréciation personnelle d’une pratique a tendance maximaliste même si un intérêt certain est porté sur la recherche d’une lésion dite “primaire”.

Quelques préceptes à garder en tête:


1. Un problème a rarement une seule origine, il est par expérience très souvent multi-factoriel. À moins qu’il soit directement lié à un trauma (ex douleur de cheville/ancienne fracture)
2. Le temps qu’il faut à une tension pour influencer le corps est inversement proportionnel à son importance, à moins que la lésion par son endroit stratégique influence grandement la mécanique.
2bis. Le temps qu’il faut à une tension pour avoir une influence à distance est inversement proportionnel à son importance, à moins que la lésion par son endroit stratégique influence grandement la mécanique.
3. Un petit stress répété longtemps peut être aussi nocif qu’un trauma violent spontané.
4. À problème central ou bilatéral, origine centrale ou bilatérale; à problème asymétrique, origine asymétrique.
5. La notion de chaîne ouverte vs chaîne fermée est très importante: un même muscle peut avoir une action complètement opposée. Imaginez que vous tiriez sur une corde qui n’est pas accrochée (chaîne ouverte), elle vient vers vous. Si elle est accrochée (chaîne fermée) et que vous tirez dessus c’est vous qui allez bouger… C’est la même chose pour un muscle qui tire sur une insertion mobile ou peu mobile.

Pages: 1 2 3

Tags: , , ,

21 Responses to “Mal de cou, cervicalgie: approche par l’ostéopathie”

  1. février 6th, 2012 at 11:16

    risque et danger des effets secondaires de l'ostéopathie | osteopathie-64 says:

    […] ascendantes (diaphragme, estomac, foie, médiastin, cage thoracique… voir article sur mal de cou) le cou se libère de ses tensions et généralement les quelques tensions résiduelles cervicales […]

  2. février 6th, 2012 at 11:21

    effets secondaires anti-inflammatoires (AINS) VS ostéopathie | osteopathie-64 says:

    […] d’autre cause et solution à une cervicalgie qu’une manipulation cervicale (voir ici). Une telle règlementation des manipulations cervicales a eu pour effet de faire peur aux patients […]

  3. février 6th, 2012 at 11:23

    Diagnostics ostéopathiques d’un lumbago | osteopathie-64 says:

    […] Mal de cou, cervicalgie: approche par l’ostéopathie […]

  4. février 6th, 2012 at 4:39

    La respiration, point de vue ostéopathique | osteopathie-64 says:

    […] de manière répétitive. Ils élèvent les premières côtes certes, mais ils tirent aussi sur ces cervicales (!) et les compressent limitant ainsi leur mobilité et irritant leurs facettes articulaires. Leurs […]

  5. février 19th, 2012 at 1:44

    Définition Lésion Ostéopathique says:

    […] généralement après un choc, ou un trauma violent. Typiquement une entorse, une fracture ou une entorse cervicale dûe à un […]

  6. février 19th, 2012 at 2:19

    Les courbes vertébrales says:

    […] lombaires, prédisposera à une usure des facettes articulaires cervicales et lombaires et à des cervicalgies et […]

  7. février 19th, 2012 at 2:55

    L'arthrose et l'ostéopathie says:

    […] suggérer que le rôle mécanique est très important, mais d’autres articulations comme les cervicales peuvent aussi être atteintes. Certaines atteintes articulaires passées (traumatiques, […]

  8. février 24th, 2012 at 4:18

    Jean-Pierre S. says:

    Bonjour,

    Merci pour cet article fort intéressant et exhaustif. Je souffre, à titre personnel, de cervicalgie depuis plusieurs années. Je voulais savoir si dans le cas d’une forte contracture au niveau des cervicales (C2-C3 visiblement, cela pouvait provoquer certains troubles cognitifs (comme difficulté à se concentrer, mémoriser…, par compression d’une artère par exemple. Les médecins/ostéopathes à qui j’ai posé la question semblaient sceptiques à ce sujet. Je serai curieux de connaître votre avis

  9. février 24th, 2012 at 7:34

    admin says:

    Merci Jean-Pierre pour votre témoignage,

    Il est toujours difficile de différencier “cause-à-effet” et “corrélation” aussi les réponses que je vais tenter de vous donner sont à prendre délicatement, d’autant plus que je ne vous ai pas examiné:

    1. Oui une douleur peut rendre difficile la concentration. Car cette douleur va avoir un effet parasite sur nos différents processus cérébraux. Ainsi peut-être que 30% de votre concentration sera obnubilée par ressentir, être préoccupé, toucher, masser,questionner le pourquoi de cette cervicalgie. C’est 30% de capacité cognitive en moins vers votre concentration.
    2. Compression de l’artère, pourquoi pas mais je serais très précautionneux quant à l’affirmer. J’ai déjà eu des patients me relatant mieux voir après des traitement “crânien” dont le but est de détendre les hautes cervicales => meilleur vascularisation ? Sans vouloir vous inquiéter on pourrait aussi prendre le problème dans l’autre sens est-ce qu’une atteinte des artères vertébrales pourraient être symptômatiques et du coup donner une moins bonne vascularisation et des douleurs au niveau des hautes cervicales ?
    3. Qu’en est-il du point de vue idéomoteur? Pourrait-il y avoir conflit entre ce que vous voudriez faire et ce que vous faites ? de ce point de vue la douleur et le manque de concentration ne seraient que révélateur du fait que vous vous forcez à faire quelque chose qui ne vous satisfait pas … bref à méditer.

    Mais je pencherais plutôt vers le 1. J’ai récemment entendu parler d’une étude dans laquelle on demandait aux patients de faire un puzzle. Dans un groupe on les laissait faire et dans l’autre on leur mettait des bonbons à porter de vue et on leur interdisait de les manger. Ce groupe mettait plus de temps pour faire le puzzle et l’interprétation était notamment qu’une partie du processus cognitif s’attardait à réfléchir sur le conflit : “bonbon-miam-j’enmangeraisbien-maisj’aipasledroit”.
    Loin d’être improbable qu’une douleur puisse entraver votre concentration,

    Cordialement,

  10. mars 25th, 2012 at 6:41

    france goupil says:

    bonjour sa fait des annees que j ai mal aux ce qui diminue ma qualite de vie pcq engendre des migraine je suis alle pendant au moins six au chiro pour en etre au meme resultat pourtant j avais beaucoup espoir avec la chiropratie es ce que un osteopate serait plus appropriee dans mon cas bref mon md de famille m a fait passer une radiographie qui a confirme un conflit facettere cervicale se qui causait mes maux de coup bref je ne sais plus a quelle medecine non traditionnel faire confiance je vous remercie en esperant une reponse

  11. mai 14th, 2012 at 11:10

    Sophia Domingo says:

    Excellent article ! Je me reconnais, beaucoup des causes énoncées sont à l’origine de ma souffrance. J’ai subit il y a un peu plus d’un an une intervention au Laser pour détruire mes volumineuses hernies cervicales, j’ai eu une grande amélioration… mais des crises douloureuses sporadiques me rappellent que je ne serais jamais comme ceux qui sont en bonne santé…
    Courage à tous.

  12. juin 17th, 2012 at 11:20

    Goncalves says:

    Bonjour, mon filles souffre de troubles psychomoteur il a 9 ans récemment il a pu me dire qu il avait mal au cou l ostéopathie l à débloqué mais il a toujours des difficultés pour faire une rotation du cou à gauche il a le cou trop rentre dans les épaule et commence à àvoir la bosse du taureau il ne sait plus se tenir droit ,on m à même conseiller de lui mettre une minerve pour lui faire prendre l habitude de redresser son cou je ne sais plus quoi faire?

  13. juillet 21st, 2012 at 12:28

    admin says:

    Bonjour Philippe,

    Je vous remercie de votre message, et regrette ma réponse tardive.
    Le cas de votre fils semble être suffisamment compliqué pour que je ne puisse me prononcer sans avoir pu le voir.
    Aussi je vous recommanderai de consulter différents ostéopathes et professionnels de santé pour avoir un maximum de points de vue différents.
    La règle général est que si il y a amélioration elle devrait être visible après 2 à 3 traitements.

    Cordialement et bon courage,

  14. novembre 8th, 2012 at 12:10

    Walter Popowski says:

    AmericanHealthJournal is looking for content partnerships with website owners in the health genre. AmericanHealthJournal is a medicine web site which owns three thousand of high quality medical videos. We can offer content exchanges, link exchanges, and exposure to your website. Get in touch with us at our contact form on our website.

  15. décembre 14th, 2012 at 6:32

    Tous les articles d’ostéopathie-64 says:

    […] 60. Mal de cou et cervicalgie approche par l’ostéopathie […]

  16. décembre 16th, 2012 at 11:30

    L'orthoposturodontie: votre dentiste vous arnaquerait-t-il ? says:

    […] dû à un effet idéomoteur ? à un vieux « whiplash injury » ? Puisse cette douleur de cervicale avoir d’autre origine que celle d’une mal-occlusion ? Il en est de ma croyance que […]

  17. janvier 22nd, 2013 at 10:45

    Posture au bureau says:

    […] -cervicalgie (douleur de cou) […]

  18. mars 1st, 2013 at 7:57

    Coup de gueule contre lequotidiendumedecin.fr says:

    […] Mais voyez-vous, depuis que vous nous avez retiré « la manipulation cervicale » supposée être l’acte le plus dangereux en ostéopathie, nous avons largement abandonné cette approche thérapeutique. Oui étrangement en ostéopathie exclusive, manipuler une cervicale est plus le signe d’une incompétence que d’une compétence (voir ici). […]

  19. mars 8th, 2013 at 3:22

    Rapport de l'académie nationale de médecine sur les thérapies alternatives says:

    […] car dans de nombreux cas nous n’avons pas besoin d’y avoir recours (voir article cervicalgie et ostéopathie). Mais parfois c’est la technique de choix pour soulager un patient. Faut-il dans ce cas là […]

  20. avril 27th, 2013 at 4:01

    GARCI says:

    Bonjour,
    DEpuis quelques années j’ai une douleur qui commence au bas du cou niveau bas du crane jusqu’au crane milieu droit. Une douleur qui arrive brusquement à certains moments puis disparait (souvent débute au réveil) je dois prendre beaucoup d’antalgique pour supporter ce mal. je dois dire que j’ai fait beaucoup de yoga dans la vie et plus particulièrement les positions dites renversées. Est-ce possible qu’il y ai une incidence avec ce mal. j’ai 62ans
    MR GARCI

  21. mai 9th, 2013 at 10:49

    Les sciatalgies et les cruralgies says:

    […] Les racines nerveuses sont appelées par le nom des vertèbres qui sont au-dessus sauf au niveau cervical où elles sont dénomées par le nom de la vertèbre du dessus +1. Série d’exemples : Entre […]

Leave a Reply