Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Posts Tagged ‘crânien’

Ostéopathie crânienne

EN BREF

Cette partie de l’ostéopathie reste très controversée même au sein des ostéopathes. Elle est aussi appelée cranio-sacrée. Selon son fondateur W.G. Sutherland il existerait un mouvement rythmique inhérent au corps. Bien qu’il puisse être ressenti sur tout le corps, sa palpation se fait surtout au niveau du crâne et du sacrum. Ce mouvement serait l’expression du MRP ou “mouvement respiratoire primaire” et représente notre vitalité. Des blocages au niveau d’os du crâne ou du sacrum altèrerait ce mouvement, ce qui pourrait affecter notre posture et vitalité.

UN PEU PLUS DE DETAIL…
(suite…)

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne?

(You can find an english translation of this article here)
Il serait une erreur de parler d’ostéopathie crânienne, viscérale ou structurelle, car l’ostéopathie est une thérapie holistique et ne pourrait être subdivisée en différentes approches.


Certains ostéopathes considèrent que seule l’ostéopathie structurelle existe, car l’approche viscérale et crânienne est structurelle.

Ceci étant, certains ostéopathes ne travaillent que sur le système musculo-squelettique, d’autres que sur le crânien, d’autres encore que sur les systèmes viscéral-crânien… Serait-il possible que des ostéopathes ayant une approche limitée de l’ostéopathie puissent étre gênés par une telle division car elle exposerait leur champs limité d’expertise? par exemple: un ostéopathe qui ne pratique que des manipulations musculo-squelettiques préfèrera ne pas parler d’ostéopathie viscérale ou crânienne car cela prouverait son approche limitée de l’ostéopathie.

Ceci étant en cabinet ces 3 approches sont tout de même bien différentes, mêmes si elles sont interconnectées les unes aux autres. Les structures travaillées sont différentes, le niveau de proprioception est différent, les techniques sont différentes, en bref nous pouvons au moins décrire 3 grands sous-groupes d’approche ostéopathique et peut-être même plus.

Toutes ces approches sont intriquées les unes aux autres, elles sont inter-reliées. “Le corps est un tout” disait A.T.Still.

Le but pour un ostéopathe est de tester mécaniquement toutes ces structures, d’arriver à comprendre leurs interactions et réussir à hiérarchiser leur importance. Le traitement visera à mobiliser les hypomobilités et réharmoniser ces structures les unes par rapport aux autres.