Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Posts Tagged ‘diagnostic ostéopathique’

Durée d’un traitement ostéopathique

img_sablier

Combien de temps dure une consultation chez votre ostéopathe?

View Results

Loading ... Loading ...

Les séances d’ostéopathie peuvent varier dans leur durée, mais généralement elles durent entre 20 et 60 min. Un chiropracteur New-zélandais m’a dit voir 12 patients par heure, nous ne faisons définitivement pas le même métier…

La longueur du traitement est un des leviers principal pour augmenter de manière significative le revenu de l’ostéopathe. En effet en diminuant de 60 min à 30 min, un ostéopathe peut augmenter jusqu’à 100% ses revenus bruts. La pression du revenu peut donc vite influencer l’ostéopathe à diminuer la durée de ses traitements. Il n’est pas rare d’entendre des ostéopathes prôner l’importance et l’efficacité de traitements courts, serait-ce une manière de soulager leur conscience ? (suite…)

Les 3 Unités

Les 3 Unités (60% diagnostic, 40% traitement):

Le principe des 3 Unités est de diviser le corps en 3 parties:

  1. Unité 1: les lombaires, le bassin et les membres inférieurs
  2. Unité 2: les cervicales et le membre supérieur
  3. Unité 3: le Thorax, les Thoraciques, les côtes et hautes lombaires

Des tests spécifiques existent sur chaque unité et l’intérêt est de trouver les plus lésions ostéopathiques les plus importantes de chaque unité. Les lésions les plus importantes seront inchangées en fonction des positions. Une fois les plus grosses lésions analysées, l’ostéopathe va les traiter en utilisant les techniques de son choix.

L’approche des 3 Unités est intéressante et permet de relever les grosses restrictions musculo-squelettiques mais ne teste pas spécifiquement les membres. Cette approche peut-être agrémentée d’une approche viscérale et crânienne

Le TGO ou Traitement Général Ostéopathique (95% traitement, 5% diagnostic):

Mon approche ostéopathique (35% diagnostic, 65% traitement):

Les 3 Unités (60% diagnostic, 40% traitement):

La méthode Gilette (80% diagnostic, 20% traitement):

Le Lien Mécanique (95% de diagnostic et 5% de traitement):

Retour

Mon approche ostéopathique

Mon approche ostéopathique (35%diagnostic, 65% traitement):

(Excusez le fait que je parle à la première personne dans cet article. Parlant des différentes approches ostéopathiques, il serait étrange de ne pas décrire l’approche ostéopathique de votre ostéopathe. Et vous comprendrez que parler de sa propre approche à la 3ème personne est quelque peu étrange, d’où l’utilisation de la première personne)

Voici quelques points que j’essaie de suivre pendant mes traitements:

  1. Nombre de chaînes lésionnelles ont une origine ou sont maintenues par des “lésions viscérales”.
  2. Les systèmes d’absorption sont très importants (pied, genou, courbe vertébrales), la mobilité du bassin est primordiale.
  3. Les rapports de pressions entre la cage thoracique et l’abdomen vont influencer grandement la posture du patient, la respiration en est l’une des clefs.
  4. A douleur asymétrique, cause asymétrique. A douleur central ou bilatéral source centrale ou bilatérale.
  5. Manipuler la colonne vertébrale après les manipulations viscérales
  6. Nombre de problèmes de cou, ne trouve pas une origine cervicale
  7. Au fil des traitements l’approche devient plus fonctionnelle (tend vers une approche plus crânienne-fasciale)

Mon approche ostéopathique est un mélange des 3 unités, du TGO et d’approche fasciale/viscérale/crânienne.

Je vais donc effectuer des tests de mobilité en position debout, assise, sur le dos et sur le ventre (10min). Le but étant d’essayer de tester un maximum de tissus. Une fois toutes les tensions analysées, Il convient d’essayer de relier anatomiquement ces structures les unes aux autres afin de créer des chaînes lésionnelles. Le traitement se déroule en partant des pieds et suit généralement cet ordre: viscéral, structurel, fascial, crânien. Le tout en visant et en insistant sur les chaînes lésionnelles identifiées.

Le premier traitement est généralement plus orienté vers l’unité (voir 3 unités) symptomatique.

L’approche structurelle, viscérale, crânienne, dépendra du diagnostic mais aussi de la morphologie et psychologie du patient. Il convient d’éviter de manipuler vertébralement quelqu’un de stressé ou d’agé, et une approche exclusivement crânienne sur un joueur de rugby n’est généralement pas  très efficace…

Le TGO ou Traitement Général Ostéopathique (95% traitement, 5% diagnostic):

Mon approche ostéopathique (35% diagnostic, 65% traitement):

Les 3 Unités (60% diagnostic, 40% traitement):

La méthode Gilette (80% diagnostic, 20% traitement):

Le Lien Mécanique (95% de diagnostic et 5% de traitement):

Retour

Diagnostics ostéopathiques d’un lumbago

indexUn diagnostic médical cherche à identifier le tissus qui crée la douleur chez le patient. Ceci est utile car il permet au thérapeute d’adapter ses techniques en fonctions du diagnostic et de référer le patient vers un confrère pour des examens complémentaires si cela est nécessaire.

Néanmoins, se rattacher qu’à ce seul diagnostic pour un traitement serait très limitatif. Les seuls cas où le diagnostic médical et ostéopathique serait en concordance serait sur un trauma directe localisé. Ce qui est assez rare, la plupart du temps les problèmes de dos surviennent à la suite de mouvements quotidiens, anodins et sont la résultante d’une pauvre biomécanique corporelle. C’est la compréhension et le traitement de cette pauvre mécanique qui intéresse l’ostéopathe. (suite…)

Les sciatalgies et les cruralgies

Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d’une irritation au niveau de la racine soit sur le trajet du nerf..

La cruralgie est une irritation du nerf fémoral (ou crural same same) dont les racines nerveuses sont L2L3L4. C’est un nerf moteur et sensitif

  • moteur: iliacus, psoas, pectineus, adductor longus, sartorius, quadriceps
  • sensitif: face antérieure de la cuisse, côté mediale arrête tibiale, dos et bord médial du pied ainsi que l’articulation du genou et hanche

La sciatalgie est une irritation du nerf sciatique dont les racines nerveuses sont L4L5S1S2. C’est aussi un nerf moteur et sensitif.

  • moteur: on va faire simple… tous les muscles postérieurs à la jambe
  • sensitif: on va faire simple encore une fois tout l’arrière de la jambe, la plante du pied et son côté latéral

Vue postérieur de la jambe, nerf sciatique

Vue postérieur de la jambe, nerf sciatique

Vue antérieure de la jambe, nerf fémoral

Vue antérieure de la jambe, nerf fémoral

(source bartleby.com)
(suite…)