Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Posts Tagged ‘fascia’

Les ostéopathes possèdent-ils le don de psychométrie ?

boule_cristalIci, le terme de psychométrie est utilisé dans le sens para-psychologique. La psychométrie est utilisée par des médiums ou voyants. Vous leur apportez un objet et ils vont ressentir un flash et vont décrire l’histoire de cet objet et de la personne à qui il appartient.

Si nous ramenons cela à l’ostéopathie, alors est-ce qu’un ostéopathe peut avoir la capacité de ressentir un “flash” d’une situation ou d’une émotion en touchant  un patient (l’objet) et arriver à décrire des circonstances précises qui ont affecté ce même patient?

Tout d’abord il faut arriver à définir exactement ce qu’est la psychométrie. En effet si vous prenez en main un verre ébréché, il y a de forte chance que vous puissiez imaginer qu’il soit tombé de sa longueur sur une assiette ou heurté à une autre vaisselle lors de son rangement. Cette imagination (débordante) peut vite être assimilée à un flash… Appelle-t-on cela un don de psychométrie ou seulement une capacité déductive?

De nombreux ostéopathes affirment avoir la capacité de ressentir les anciens traumas, les émotions d’un patient, ou encore de ressentir un évènement marquant dans la vie de leur patient. Cela est-il possible? où est-ce seulement la résultante d’une capacité déductive combinée à des sensations palpatoires, visuelles, auditive associé avec une touche de cold reading ?
(suite…)

Le mouvement crânien: une explication par les mouvements idéomoteurs

tournesol

L’ostéopathie est en passe de potentiellement devenir une profession de santé. Ceci devrait être considéré comme un honneur et non comme une plaie. Mais ce pas en avant demande à faire du ménage dans notre thérapie en revoyant notamment nos concepts les plus controversés dont le concept de mouvement crânien et de MRP

Jusqu’à récemment les ostéopathes clamaient haut et fort que ce qu’ils ressentaient avec leur palpation “extraordinaire” était le flux du liquide céphalo-rachidien qui déferlait dans la boîte crânienne!

jusqu’à ce que des recherches démontrent que cela n’était pas possible. Vite vite une théorie de secours! pulsation électromagnétique? le flux veineux? contractibilité de la dure-mère? La seule recherche qui mettrait en évidence une possible existence d’un lien entre le rythme crânien et un autre rythme du corps humain serait celle-ci sur l’oscillation de Traube-Hering-Mayer. Et elle date de 2002 et faite sur 23 participants. Bref un peu maigre pour soutenir l’existence d’un mouvement rythmique de la boîte crânienne et son bienfait sur la santé. Plus de 5 recherches ont été faites pour voir si 2 ostéopathes ressentaient le même rythme crânien sur un même patient et aucune n’ont été concluantes. Quand on lit un site comme celui-ci tout de suite on s’aperçoit que toutes les évidences tendent à montrer que le MRP semble plus fantasque que réel mais que nenni certainement une majorité d’ostéopathes croit encore au mouvement rythmique des os du crâne.

Mais l’ostéopathe ressent bien un mouvement non ? Voudriez-vous dire que des milliers d’ostéopathes ont des hallucinations palpatoires ?

Oui et non…

Avez-vous déjà entendu parler des mouvements idéomoteurs ? (suite…)

Comparaison entre techniques ostéopathiques et techniques psychologiques

En ostéopathie nous traitons les restrictions tissulaires. L’équivalent psychologique serait des blocages psychologiques ou des conflits. L’ostéopathe vise à ramener une mobilité corporelle, le psychologue vise lui à ramener une mobilité psychologique.

Pour l’ostéopathe ce qui est important avant tout c’est que votre corps fasse preuve d’adaptabilité mécanique, pour le psychologue c’est que votre cerveau fasse preuve d’adaptabilité neuronale.

Ainsi quand il y a restriction tissulaire on dira que le tissus est bloqué dans un schéma tissulaire A. Le but d’une technique ostéopathique est de changer ce schéma tissulaire vers B; ce nouveau schéma est une position où le tissus est relâché, plus détendu ou son adaptabilité est restaurée. Le même parallélisme peut être fait au niveau psychologique.

Passons maintenant au crible les différentes techniques ostéopathiques et essayons de comprendre de quelle manière elles tentent de convaincre les tissus de ce changement: (suite…)

Ostéopathie fasciale

EN BREF…

Les fasciae sont une sorte de toile de fond du corps et permettent de relier les différents systèmes (crânien, viscéral et structurel) les uns aux autres.

Quand vous mangez un steak, il y a souvent une bande fibreuse blanche difficile à couper que l’on appelle communément “les nerfs”: en fait c’est du fascia. La peau aussi est un fascia. Tous les organes et les muscles sont recouverts par des fasciae. L’approche ostéopathique dite “fasciale” vise via des techniques spécifiques à traiter ce type de structure.


UN PEU PLUS DE DETAILS…

Les fasciae vont avoir différentes fonctions:

-ils permettent de séparer différentes structures afin qu’elles puissent se mouvoir les unes par rapport aux autres

-c’est un système de propioception

-les fasciae permettent de diffuser et de ralentir les transmissions de force dans le corps

Les techniques sont similaires à celles utilisées en crânien, à savoir des techniques indirectes, la main a plat avec des pressions progressives suivant le sens des tensions ressenties. Il existe aussi des techniques appelées “Fascial unwinding” ou de “déroulement fascial“. Le but de ces techniques est d’accompagner un membre ou une partie du corps du patient en le laissant s’exprimer corporellement. L’effet ressemble un peu à quand vous vous étirez en baîllant. seulement vous continuez à contracter les groupes musculaires qui ont envie de se contracter. Rapidement des mouvements s’effectuent de manières automatiques: c’est un exemple de déroulement fascial actif.

Ostéopathie crânienne

EN BREF

Cette partie de l’ostéopathie reste très controversée même au sein des ostéopathes. Elle est aussi appelée cranio-sacrée. Selon son fondateur W.G. Sutherland il existerait un mouvement rythmique inhérent au corps. Bien qu’il puisse être ressenti sur tout le corps, sa palpation se fait surtout au niveau du crâne et du sacrum. Ce mouvement serait l’expression du MRP ou “mouvement respiratoire primaire” et représente notre vitalité. Des blocages au niveau d’os du crâne ou du sacrum altèrerait ce mouvement, ce qui pourrait affecter notre posture et vitalité.

UN PEU PLUS DE DETAIL…
(suite…)

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne?

(You can find an english translation of this article here)
Il serait une erreur de parler d’ostéopathie crânienne, viscérale ou structurelle, car l’ostéopathie est une thérapie holistique et ne pourrait être subdivisée en différentes approches.


Certains ostéopathes considèrent que seule l’ostéopathie structurelle existe, car l’approche viscérale et crânienne est structurelle.

Ceci étant, certains ostéopathes ne travaillent que sur le système musculo-squelettique, d’autres que sur le crânien, d’autres encore que sur les systèmes viscéral-crânien… Serait-il possible que des ostéopathes ayant une approche limitée de l’ostéopathie puissent étre gênés par une telle division car elle exposerait leur champs limité d’expertise? par exemple: un ostéopathe qui ne pratique que des manipulations musculo-squelettiques préfèrera ne pas parler d’ostéopathie viscérale ou crânienne car cela prouverait son approche limitée de l’ostéopathie.

Ceci étant en cabinet ces 3 approches sont tout de même bien différentes, mêmes si elles sont interconnectées les unes aux autres. Les structures travaillées sont différentes, le niveau de proprioception est différent, les techniques sont différentes, en bref nous pouvons au moins décrire 3 grands sous-groupes d’approche ostéopathique et peut-être même plus.

Toutes ces approches sont intriquées les unes aux autres, elles sont inter-reliées. “Le corps est un tout” disait A.T.Still.

Le but pour un ostéopathe est de tester mécaniquement toutes ces structures, d’arriver à comprendre leurs interactions et réussir à hiérarchiser leur importance. Le traitement visera à mobiliser les hypomobilités et réharmoniser ces structures les unes par rapport aux autres.