Osteopathie-64

Ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne

Flower

Posts Tagged ‘placebo’

L’effet Placebo dans les thérapies alternatives

Pensez-vous qu'une thérapie placebo puisse soulager des gens qui ne répondent pas à une thérapie plus conventionnelle ?

View Results

Loading ... Loading ...

Préface de l’admin:

A la suite de la réaction d’un ami concernant un article que j’avais écrit sur l’homéopathie, j’ai pris la décision de le supprimer. Cet article était effectivement assez véhément envers l’homéopathie, et ce n’est pas à un ostéopathe de faire cette critique. Faisons confiance aux homéopathes pour qu’ils questionnent et doutent de certains aspects de leur propre thérapie pour la faire avancer, comme nous avons pu le faire envers l’ostéopathie sur ce site.

Ceci m’a permis de revoir ma position sur les thérapies à tendance placebo car il semblerait qu’un charlatan puisse effectivement aider un patient là où une thérapie conventionnelle ne le peut pas !

(suite…)

Vers une explication du fonctionnement du pendule

tournesol3ème édition :

Comment” de l’auteur

J’ai récemment entendu parler d’un ostéopathe qui utilisait le pendule comme outil de diagnostic. Devrait-on s’émerveiller ou être scandalisé ? A première vue il est évident que cela porte un certain discrédit à la profession.

Comment un ostéopathe pourrait-il expliquer avoir recours à un pendule pour faire son diagnostic ou un traitement ostéopathique ??? C’est absolument impensable! Invraisemblable ! inimaginable ! Honte à toi, Charlatan !!!

D’ailleurs quelle logique à utiliser un pendule ??? Comment peut on rationaliser l’utilisation d’un tel objet dans une profession qui se veut devenir une profession de santé ?

(suite…)

La PNL en Ostéopathie: comment doper le placebo

escalatorCet article est une tentative de résumé d’une semaine de formation en PNL et de sa possible application en ostéopathie. 

Qu’est-ce que la PNL ?

La PNL est l’acronyme de  «Programmation Neuro-Linguistique ». Elle sera décrite par certains  comme un outil de communication, comme une modélisation de notre fonctionnement comportemental, ou comme une thérapie brève. (suite…)

Les ostéopathes possèdent-ils le don de psychométrie ?

boule_cristalIci, le terme de psychométrie est utilisé dans le sens para-psychologique. La psychométrie est utilisée par des médiums ou voyants. Vous leur apportez un objet et ils vont ressentir un flash et vont décrire l’histoire de cet objet et de la personne à qui il appartient.

Si nous ramenons cela à l’ostéopathie, alors est-ce qu’un ostéopathe peut avoir la capacité de ressentir un “flash” d’une situation ou d’une émotion en touchant  un patient (l’objet) et arriver à décrire des circonstances précises qui ont affecté ce même patient?

Tout d’abord il faut arriver à définir exactement ce qu’est la psychométrie. En effet si vous prenez en main un verre ébréché, il y a de forte chance que vous puissiez imaginer qu’il soit tombé de sa longueur sur une assiette ou heurté à une autre vaisselle lors de son rangement. Cette imagination (débordante) peut vite être assimilée à un flash… Appelle-t-on cela un don de psychométrie ou seulement une capacité déductive?

De nombreux ostéopathes affirment avoir la capacité de ressentir les anciens traumas, les émotions d’un patient, ou encore de ressentir un évènement marquant dans la vie de leur patient. Cela est-il possible? où est-ce seulement la résultante d’une capacité déductive combinée à des sensations palpatoires, visuelles, auditive associé avec une touche de cold reading ?
(suite…)

Le mouvement crânien: une explication par les mouvements idéomoteurs

tournesol

L’ostéopathie est en passe de potentiellement devenir une profession de santé. Ceci devrait être considéré comme un honneur et non comme une plaie. Mais ce pas en avant demande à faire du ménage dans notre thérapie en revoyant notamment nos concepts les plus controversés dont le concept de mouvement crânien et de MRP

Jusqu’à récemment les ostéopathes clamaient haut et fort que ce qu’ils ressentaient avec leur palpation “extraordinaire” était le flux du liquide céphalo-rachidien qui déferlait dans la boîte crânienne!

jusqu’à ce que des recherches démontrent que cela n’était pas possible. Vite vite une théorie de secours! pulsation électromagnétique? le flux veineux? contractibilité de la dure-mère? La seule recherche qui mettrait en évidence une possible existence d’un lien entre le rythme crânien et un autre rythme du corps humain serait celle-ci sur l’oscillation de Traube-Hering-Mayer. Et elle date de 2002 et faite sur 23 participants. Bref un peu maigre pour soutenir l’existence d’un mouvement rythmique de la boîte crânienne et son bienfait sur la santé. Plus de 5 recherches ont été faites pour voir si 2 ostéopathes ressentaient le même rythme crânien sur un même patient et aucune n’ont été concluantes. Quand on lit un site comme celui-ci tout de suite on s’aperçoit que toutes les évidences tendent à montrer que le MRP semble plus fantasque que réel mais que nenni certainement une majorité d’ostéopathes croit encore au mouvement rythmique des os du crâne.

Mais l’ostéopathe ressent bien un mouvement non ? Voudriez-vous dire que des milliers d’ostéopathes ont des hallucinations palpatoires ?

Oui et non…

Avez-vous déjà entendu parler des mouvements idéomoteurs ? (suite…)

l’effet placebo

effet placeboL’effet placebo c’est la partie de la “thérapie” qui a une efficacité positive en-dehors de son champs réel d’action. Ceci est l’œuvre du pouvoir de suggestion et son effet sur notre psychologie à influer positivement notre condition et/ou notre représentation de cette condition.

Sur des pathologies lourdes ou chroniques l’effet du placebo devrait être moindre que sur des conditions du type dysfonctionnel. En effet, imaginez un diabétique insuline-dépendant à qui l’on substitue un placebo à son insuline; il ne risque pas de se sentir en grande forme! Alors qu’à un enfant à qui on prodigue un “bisous magique” sur le bobo et “hop! ça fait plus mal, c’est parti, ça va mieux!” …

Ainsi sur les troubles dysfonctionnels musculo-squelettiques et notre propre représentation de la douleur, cet effet deviendra un facteur important du “healing process”. (suite…)